Rien ne  laissait supposer que Berten deviendrait un jour musicien professionnel.  Il a six ans lorsque, poussé davantage par le souhait de l’harmonie Sainte-Cécile de sa ville d’accroître ses effectifs que par les antécédents musicaux de sa famille, il prend ses premiers cours de flûte traversière, donnés par… son chef d’orchestre, un clarinettiste !

Il  surprend tout le monde par son choix d’études, quand il  opte pour le conservatoire.

Il est remarqué par Jan Van Reeth, professeur au Conservatoire royal d’Anvers et flûtiste soliste de l’orchestre de la Radio belge. Malgré la formation préalable imparfaite de  Berten, il  perçoit ou  pressent chez celui-ci certaines dispositions et l’admet dans le cursus d’études musicales supérieures.

Il  se s’élève rapidement au sommet et, moins d’un an plus tard, il est engagé de façon inattendue comme piccolo de l’orchestre de l’opéra d’Anvers. S’enchaînent alors des engagements à De Philharmonie, à l’Orchestre national de Belgique et à La Monnaie.

Il termine ses études avec mention très honorable, et allie une pratique orchestrale effrénée à  un  emploi du  temps  bien  rempli :  des  postes  dans l’enseignement artistique à  temps  partiel, plus particulièrement dans  l’enseignement musical supérieur à Institut Lemmens.

Un beau jour, il est invité à auditionner pour le célèbre Berliner Philharmoniker.  Il est alors contraint de constater que ni sa préparation ni son niveau ne suffisent, et rentre bredouille à Anvers.

Suivent alors des années de doute, qui aboutissent à sa conviction  qu’il convient d’étudier et de mettre à nu tous les aspects possibles de la technique de la flûte, d’entreprendre une quête de démystification, de tempérer la notion magique de « talent », afin de parvenir à la « professionnalisation approfondie des points à contrôler et à un jeu musical et communicatif de haut niveau.

Ces quinze dernières années, les exigences novatrices de la musique contemporaine en termes de technique instrumentale, sa place de flûtiste soliste de l’Ensemble  Musiques Nouvelles ainsi que le haut  niveau d’enseignement qu’il dispense à la Musikhochschule  de Cologne contribuent à son évolution vers un langage très personnel, dans une approche originale de la musique et du monde en général.