En Vallée de la Dordogne, les zoos partagent un même objectif : privilégier le bien-être animal tout en participant à leur conservation , à l'amélioration des connaissances des espèces animales et à la diffusion de ces connaissances.

En 1794, l’ouverture à Paris de la ménagerie du Jardin des Plantes signe le début d’une nouvelle ère : celle des zoos modernes, c’est-à-dire à vocation scientifique.
Il faudra attendre plus de trente ans pour que les autres grandes villes européennes se dotent de ce type de zoos.

 

Au début du XXe  siècle, les parcs zoologiques deviennent des lieux de distraction populaire, les animaux sont mis en scène dans des lieux qui simulent une apparente liberté : les cages et les enclos traditionnels sont remplacés par des systèmes de fossés et de trompe-l’œil. Ce n’est qu’au cours de la seconde moitié du XXe  siècle qu’une contestation s’élève et remet en cause le rôle et l’utilité des parcs zoologiques qui sont accusés de « pillier » la nature et de détenir les animaux dans de mauvaises conditions.

La loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature a donné les premières bases du contrôle des conditions dans lesquelles sont détenus en captivité les animaux d'espèces non domestiques. L’arrêté du 25 mars 2004 permet une évolution plus grande encore en donnant la priorité au travail de conservation d’espèces menacées dans le milieu naturel et en captivité. Les déplacements et échanges d’animaux doivent répondre aux exigences réglementaires visant à la protection des espèces, notamment la convention de Washington.

 

Aujourd’hui les parcs zoologiques répondent à plusieurs missions.

La conservation

La conservation est devenue la mission principale des parcs zoologiques. La conservation in-situ permet de préserver et de maintenir des espèces menacées dans leur milieu naturel, la conservation ex-situ permet la conservation des espèces menacées hors de leur milieu naturel. Dans les parcs zoologiques la conservation passe par la reproduction en captivité qui doit s’auto-suffire afin d’éviter les prélèvements dans la nature, elle doit également permettre la réintroduction d’espèces en milieu naturel dans le cadre de programme scientifiques précis ; le lien entre in-situ et ex-situ est à privilégier.

La recherche

Les parcs zoologiques participent à des actions de recherches qui contribuent à l’amélioration de la connaissance des espèces animales et améliorent la gestion des populations en captivité et la conservation des populations sauvages. La recherche concerne de nombreux domaines : génétique, physiologie, biologie de la reproduction, biologie du comportement, médecine vétérinaire (lutte contre les maladies infectieuses, épidémiologie, reproduction assistée, nutrition), éthologie.

La diffusion des connaissances

Les parcs zoologiques ont également un rôle d’éducation et de sensibilisation du public en ce qui concerne la diversité biologique, notamment en fournissant des renseignements sur les espèces exposées et leurs habitats naturels mais aussi plus largement sur l’environnement et les menaces qui pèsent sur lui. Les zoos sont des lieux d’apprentissage et d’initiation à la nature et aux animaux, la conservation des espèces et de leurs milieux ne peut se faire sans une pédagogie appropriée permettant une prise de conscience générale.

Pour accomplir ces missions, les parcs zoologiques sont dotés d’un code d’éthique centré sur le bien-être animal.