Des richesses naturelles et bâties

Calès est un petit village situé dans le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, à quelques kilomètres de Rocamadour. Doté de belles bâtisses en pierre, il bénéficie également d’une position dominante sur la campagne environnante et de très beaux points de vue.

Le nom de Calès est apparu pour la première fois en 930 lorsque la paroisse fut donnée à l’abbaye Saint-Martin de Tulle. Le village a connu beaucoup de vicissitudes, notamment les pillages de la part des Anglais au XIVe siècle, puis les sévices des guerres de religion et les ravages de la peste. Au cours du XIXe siècle le village s’est repeuplé grâce à l’exploitation de vignobles maintenant disparus.

Aujourd’hui, Calès est un petit village typique du Causse avec un très beau patrimoine rural, tourné vers l’agriculture et l’élevage des brebis caussenardes. Tous les ans le 1er mai, il déploie mille couleurs et senteurs lors d’un immense marché aux fleurs.

Des richesses naturelles

Au fond de la colline où s’élève le village coule une petite rivière aux eaux turquoises : l’Ouysse. Avant de se jeter dans la Dordogne, ce cours d’eau mystérieux joue à cache-cache et disparait parfois à des dizaines de mètres sous terre. Une grande partie de l’Ouysse reste d’ailleurs inexplorée. Le ruisseau réapparait sur la commune dans une résurgence au Gouffre de Saint-Sauveur. Cette belle vasque d’eau claire située dans un écrin de verdure fait le bonheur des plongeurs en rivières souterraines.

De nombreux abris sous roche s'ouvrent sur ses rives. Leur présence, ainsi que le voisinage de la Dordogne, ont favorisé une occupation humaine dès l'époque des premiers hommes. Il y subsiste un riche patrimoine constitué de moulins ainsi qu’une faune et une flore remarquables.

Calès - carte de situation

Le moulin de Cougnaguet

Situé sur les bords de l’Ouysse, ce moulin fut édifié au XIVème siècle par des moines d’une abbaye cistercienne à deux kilomètres de Rocamadour.

Sa construction dura plus de cinquante ans pour s’achever en 1350. Devenu privé en 1778 puis classé Monument Historique en 1925, il a continué de fonctionner et produire de la farine jusqu’en 1959. On pouvait y moudre jusqu’à trois tonnes de grain par jour.

A voir, à faire

  1. Le bourg de Calès
  2. La résurgence de Saint-Sauveur
  3. Le moulin de Cougnaguet
  4. Une balade au bord de l’Ouysse
  5. De l’escalade sur les falaises au bord de l’Ouysse

 

Le saviez-vous ?

La porte d’entrée du moulin de Cougnaguet, aujourd’hui murée, était une porte en ogive à demi-refermée. On y accédait par un passage à gué dont peut encore apercevoir le dallage dans l’eau. En ces temps de famines et de pillages, les moines possédaient là un bon moyen de défense. Il suffisait de fermer la porte et d’ouvrir les quatre vannes à l’intérieur du moulin pour provoquer un grand courant d’eau et noyer les éventuels agresseurs.