Payrac, une mosaïque de paysages.

Payrac, tire son nom de l’occitan « Peyro » qui signifie « pierres ».
Payrac, qui a de tout temps profité de son emplacement privilégié sur l’axe Paris-Toulouse, était une  ville riche et prospère. À partir de la Renaissance, Payrac prend de l’importance en tant que centre postal et relais d’étape. Le courrier en provenance des grandes villes de France y est déposé pour être réexpédié dans toute la région. Puis une voie impériale traversant le bourg est créée pour relier Paris à Toulouse(D820).
La notoriété du village dans le domaine des foires et marchés augmente et cette période voit la vente d’énormes quantités de grain et de bétail.
Jusqu'au début du XXe siècle, la vigne et la lavande y sont  cultivées, une distillerie de lavande s’y installe mais est plus tard abandonnée au profit de régions plus productives.
Les principales activités du village sont maintenant l'agriculture et l’élevage. Le tourisme tient une place importante dans la vie économique du canton.

Payrac - carte de situation

A voir, à faire

  1. Le château, avec sa grosse tour ronde du XVIe siècle.
  2. Le logis datant du XVIIIe siècle qui  accueillit de 1856 à 1957 les sœurs de Saint Vincent de Paul.
  3. L’église Saint Pierre : Construction étonnante inspirée de styles antique et néoclassique, elle possède de magnifiques vitraux du début du XXe siècle, œuvre des verriers du Lot.
  4. Maisons bourgeoises du XVIIIe siècle au XIXe siècle le long de l'ancienne "route royale" RN 20 aujourd'hui RD820.
  5. Maisons pittoresques dans le vieux bourg.
  6. Vieux porche du XVIIe siècle dans la rue Saint Louis.
  7. L'Hôtel de Ville, construit en 1911, bel exemple de l'architecture bourgeoise du début du XXe siècle.
  8. 13 magnifiques circuits de randonnée pédestre.

Le saviez-vous :

Alfred Margis, (1874 - 1913) est un enfant de Payrac et l’auteur de chanson «  la Valse bleue ».

Le Pape Pie VII s’est arrêté au relais de poste de Payrac dans la nuit du 30 janvier au 31 janvier 1814.