Sur le parcours du X Trail du 22 septembre 2018

2 h : le starter libère les 200 pionniers qui vont « tester » le parcours du 1er Trail 100% corrézien de plus de 100 bornes, tout autour de la Xaintrie Corrézienne, la terra incognita de la Vallée de la Dordogne !

Dès le départ, les images sont fortes, avec un passage par  les quais d’Argentat  magnifiquement éclairés dans un halo de brume. Un avant-goût du parfum de patrimoine et d’histoire qui va embaumer ces 103 km.

2 km de plat et déjà la première belle bosse, la montée vers le Puy du Tour : 3 bornes de grimpette avec + 250 au passage, entrecoupées d’un km de single tout plat où on serpente entre les arbres. On arrive déjà sur le décollage delta-plane qu’on devine avec en contrebas les lumières de la vallée. 3 km de descente, facile au départ, puis un plus technique, avant de passer tout près de Monceaux

Arrivent désormais les 20 « nouveaux »  km du X Trail, ceux qui vont faire de nous des « centbornards » ! 2 km de plat pour s’échauffer en franchissant plusieurs petits ruisseaux, et on attaque la seconde difficulté dans la nuit noire. 3 km de montée bien régulière avec 300 de D+, et des ornières omniprésentes, avant de déboucher sur le plateau. La pleine lune nous guide… et un petit vent bien frais nous cueille en plein visage au sortir de la bosse. 

S’en suivent 5 bons km de plateaux, où chaque franchissement de ruisseau occasionne une petite grimpette de plus. On passe Moustoulat, premier ravito au 15ème km, il est 4h30… avant d’attaquer 3 km de faux plats descendant en sous-bois superbes. Une bonne pétée de plus (150 de D+ en 1,5 km), et on attaque un des grands moments du X Trail : 3 km de descente, d’abord très  roulante, puis hyper technique entre rochers, escaliers et ponts de bois. On longe 2 km durant les magnifiques cascades de Combe Jean, dont le son envahit toute la vallée…  c’est grandiose ! 

Pas le temps de trop profiter car on est revenu au point 0 d’altitude… et faut regrimper bien sûr ! Presque 300 m en 2 km seulement : du single magnifique au départ… puis plus rien sauf une trace de sanglier ! On débouche enfin sur le plateau de Bros, et sur un des décollages delta-plane qui émaille le parcours. Une mer de brume baigne la vallée, éclairée par la pleine lune… Obligé de s’arrêter un instant ! Et c’est reparti pour 3 km de descente pas très technique mais bien casse-pattes , avant d’arriver au pont de Monceaux (km 29). Premier gros ravito, premier point de relais aussi pour ceux qui se partagent le gâteau… Maryse, la patronne du bistrot de Pays, est là, devant sa terrasse, à tenir le ravito. Faut dire que c’est aussi la trésorière de l’association qui organise le X Trail ! Allez, faut repartir après 4h45 de « course-randonnée »…

1 km à longer la Dordogne que l’on devine et entend plus qu’on ne la voit dans le matin levant… Puis on attaque la 1ère grosse bosse : 5 km de montée avec + 450 au bout. Du chemin creux, raide et pas très  roulant en sous-bois avant d’arriver sur le décollage delta du Temple…  en soufflant un peu ! On récupère en profitant d’un des plus beaux points de vue de la vallée  au soleil levant ! On est au km 36 et déjà  6h de course !

On redémarre plein d’énergie avec 1 km de petit chemin vallonné et on arrive à Billoux, avant d’attaquer une jolie descente de 2 km et de traverser la route Argentat-Mercoeur. C’est le moment de se farcir une petite montée de 2 bornes (+ 150) sur un sentier en sous-bois et en bordure de prés. On traverse le petit village de Lagrange… et c’est Monsieur le Maire qui vous accueille pour le troisième ravitaillement au km 40. Deux hameaux plus loin, on rejoint la vallée de la Maronne. 3 km de superbe descente sans trop de difficulté dans les sous-bois, avant une belle section plate … puis montante qui nous amène à La Broquerie. On traverse la route départementale Argentat-Aurillac, après 7h d’effort  et plus de 1500 m de dénivelée dans « le cornet » !

Et c’est reparti pour 3 km de montée (+ 250) plutôt régulière vers La Pagésie (commune de Sexcles). Un tout petit sentier creux au départ, puis ça s’élargit, toujours en sous-bois. A nouveau du petit chemin creux et d’un coup, le paysage s’ouvre sur les plateaux de la Xaintrie avant de passer devant  la cabane de la Ferme des Histoires Mélangées. Vision extraordinaire, étrange et mystérieuse… mais je n’en dit pas plus ! Il est 10 h du matin, 8 h de course déjà , et on profite du point d’eau !

On trace ensuite sur le plateau entre petites routes, chemins creux et jolis villages (La Grèze, Lavialle,.) : 3 km sans montée ni descente, une rareté sur le X Trail Dordogne ! Mais ça ne dure pas longtemps car on attaque une magnifique et très technique descente vers le lac du barrage de Hautefage : 2 km à forte pente qui finissent en monotrace, avec de superbes points de vue sur le lac.

Arrivé tout en bas, forcément on s’attend au pire… et il arrive ! Une « rampe » de 500 m droit dans la pente entre rochers et arbres centenaires. Impossible de courir… On s’accroche à toute ce qui passe entre ses mains (branches, rochers)… ou on comprend enfin à quoi servent des bâtons en montée ! On arrive 200 m plus haut pour atteindre un « vrai » chemin roulant qui nous amène vers Saint Bonnet Les Tours, départ du 48 km.  On comprend alors mieux pourquoi le ravito n° 4 (tenu par.. Mr le Maire !),  a été posté là, au km 56, atteint après 9h30 de course et +1800 environ !

Place maintenant  à la portion « magique » du X Trail Dordogne : la section St Bonnet-Tours de Carbonnières-Tours de Merle ! 15 km d’ambiance mystérieuse et médiévale dont on va se rappeler très longtemps ! On attaque par 1 km de descente à la sortie de St Bonnet, sur un tout petit single en sous-bois. Puis 1 km de plat avant une potion très vallonnée… et plutôt montante ! (+ 150) qui nous amène aux alentours des tours de Carbonnières. 1 km de descente magnifique et ultra-technique et on atteint les tours et le 2ème point d’eau (km 63), dans un site incroyable, entre village hanté et tours médiévales. Il est 12h30, voilà presque 11h qu’on est parti, les jambes commencent à être très lourdes !

C’est pourtant pas le moment de flancher car on part pour 8 km sans grosses dénivelée certes, mais sur de la toute petite sente en bord de torrent ! C’est le fameux « sentier Merlin » qui relie Tours de Carbonnières et Tours de Merle. 5 km en bord de la Bedaine puis de la Maronne, avec quand même quelques belles pétées dans les pierriers et des points de vue magiques sur les gorges de la Maronne, sécurisés par quelques mètres de main courantes, qui témoignent du relief ! On arrive au pont de Merle, 300 m de route puis une toute petite descente et le choc !

On pénètre d’un coup dans la citadelle de Merle qui vous saute presque au visage au détour d’un virage. 500 mètres de pure magie entre sentiers et escaliers au cœur des tours de Merle, avant de redescendre vers la Maronne où on atteint le ravitaillement  n° 5 au km 69, après 11h30 de course.
Et devinez qui tient le ravito ? … Madame le Maire !

On traverse la Maronne sur un ponton prêté par … Monsieur le Maire d’Argentat (si, si !),  et on repart rive gauche désormais sur une minuscule trace en bord de Maronne. Pas de montée, un cadre naturel incroyable de beauté… mais pas de repos pour autant car ces 2 bornes restent ultra-techniques entre rochers et pierriers, avec même une nouvelle main courante. On atteint la centrale électrique de Saint Geniez en fond de vallée, en se doutant que le pire est à nouveau à craindre… et on a encore raison ! 2,5 bornes de montée (+ 300), d’abord très dure puis un peu plus adoucie, dans les forêts de sapins et de hêtre, avec une nouvelle trace découverte par l’organisation et un fabuleux chemin creux qui nous mène à Nalou, puis Soult, que j’atteins à 14h45.

On découvre désormais le plateau de la Xaintrie Corrézienne : 10 km de sentiers roulant, entre sous-bois et prairies qui nous amènent jusqu’à Servières le Château (km 84 et ravito 6), atteint à 16h15. On traverse le village, et on attaque une très belle, longue et très technique descente qui casse les pattes. Passage par l’incroyable chapelle Notre Dame du Roc, lovée dans les falaises d’escalade, avant une nouvelle descente « droit dans la pente » que je choisis de négocier… en marchant !

Nous traversons la Glane sur un petit pont en ferraille… et surprise 2018, nous remontons dans le vallon opposé. 3 km de montée… et 300 m de D+ ! Encore du single au départ avec une vue magnifique sur le barrage du Chastang avant d’arriver au village de Vialette (point d’eau). S’en suivent 2 km de descente magnifique et technique dans les landes et les pierriers, 500 m de single plat le long de la Dordogne… et on arrive à la désormais fameuse traversée en gabarot (barque en bois traditionnelle de la Dordogne), pour nous amener coté opposé sur la rive droite de la Dordogne. Là, nous attendent les 12 derniers kms du X Trail Dordogne, les plus durs selon beaucoup de trailers !

A peine accosté, on attaque une des nouveautés 2018 : la montée de la via ferrata Dordogne : 1 km de sentier bâti dans les éboulis et les rochers, des barrières en bois, des câbles, des points de vue hallucinants.. et 250 m de D+ avalés à grand peine malgré la beauté du site… On atteint enfin St Martial Entraygues (dernier ravito au km 93), que l’on rejoint à 18h, juste dans les temps !  On récupère un peu  en profitant de la vue (sublime panorama de Roc Castel), et on redémarre pour 2 bornes de descente roulante puis très technique vers la vallée du Doustre. A peine atteint le fond de vallée, on continue les montagnes russes corréziennes ( !), avec 2 bornes de montées, puis 2 de descente, puis 3  de montée… Le tout sur des touts petits sentiers à peine visibles entre cabanes, murets de pierres et forêts centenaires. Au total quelques 500 m de dénivelées positives de plus avant de surplomber enfin Argentat, et d’attaquer l’ultime descente par le sentier des crêtes.  Cette fois, on arrive au stade de rugby, et on est immensément heureux d’éviter les deux derniers km en berge puis centre-ville !

Il fait presque nuit, on repasse enfin sous l’arche, après 17h45 de course, 103 km et 4100 mètre de D+ !

 Il est 19h45, on en a plein les pattes, plein les yeux et plein la tête !

Une bonne douche et place au grand repas gastronomique traditionnel.. Pour en avoir aussi plein les papilles !

Commentaires

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.