Floirac - Montavalent - Rocamadour - Floirac... En vacances à 2 pas de la maison

Premier jour.

Nous habitons à 15 minutes en voiture du village de Floirac. C'est de là que nous décidons de partir en voyage. Ce qui nous excite, autant que prendre un long courrier pour le bout du monde, c'est d'explorer l'univers qui nous entoure, au rythme lent de la marche à pieds, sur des chemins interdits aux voitures.

J'ai préparé l'itinéraire avec une carte IGN au 1/25.000e. J'ai prévu trois haltes en camping, en calculant environ 5-6 heures de marche par jour.

A Floirac, il n'y a pas de parking. Nous nous garons sur la petite place entre l'église et la mairie. Nous allons signaler à la mairie que nous la laissons là pour quelques jours. L'employée nous répond que cela ne pose pas de problème, que la place est encombrée les jours d'enterrement seulement mais qu'aucune cérémonie n'est prévue pour l'instant....

Floirac, nous l'avons souvent traversé en voiture, sans nous y arrêter. A pieds, nous prenons le temps d'admirer ses jolies maisons et sa fontaine où baignent des poissons rouges. Même si nos sacs à dos sont lourds (habits, victuailles, duvets, tente...), nous avons la sensation dès les premiers mètres de nous libérer d'un certain enfermement automobile...

Nous suivons les marques du GR 65, en direction de Montvalent. Le sentier grimpe rapidement sur le causse et offre au sommet une vue imprenable sur le cirque de Floirac.

En chemin, nous faisons une petite halte au hameau de Veyssou où nous découvrons une boulangerie artisanale qui embaume le bon pain chaud et le levain (attention, fermée le lundi).

Le midi, nous déjeunons sur les hauteurs de Montvalent. Sur l'esplanade qui domine le village, et offre une vue magnifique sur le cirque de Montvalent, nous trouvons une table en bois, à l'ombre.

En fin d'après-midi (après 5 heures de marche environ), nous arrivons à Meyronne par la grande place, actuellement en restauration. C'est l'heure de la sortie de l'école. Quelques parents attendent que les grilles ouvrent. Dans la cour de l'école, toute petite et ombragée, les enfants jouent sans se soucier d'eux. Ils n'ont pas l'air trop pressés de sortir...

Nous prenons un emplacement au camping de la plage, au bord de la Dordogne. La saison commence à peine. La piscine du camping n'est pas encore ouverte. Les gérants proposent néanmoins déjà des frites et le petit déjeuner. Nous nous payons une double frites (pour 6 euros) et commandons un petit déjeuner pour le lendemain.

La petite plage du camping est aussi un point de départ et d'arrivée pour les canoës. Une grande pancarte signale « Pression » et « Vente de frites ». En fin d'après-midi, les bateaux arrivent les uns après les autres. Ça crée une animation sympa.

Dans la soirée, nous allons nous balader dans Meyrone, jusqu'à la tombée de la nuit. Dans la pénombre du crépuscule, nous découvrons le petit « jardin du couvent », d'un silence épais comme des siècles. Il y a un écriteau « privé », mais pas de clôture ni de grilles. Les volets des maisons sont clos. Venus à pieds, tels des pèlerins, nous avons l'impression d'avoir gagner le doit de nous y sentir chez nous.

Lire la deuxième partie des 4 jours de randonnée en Vallée de la Dordogne !

Commentaires

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.