Distantes de 200 mètres environ, les deux grottes réservent chacune leur propre surprise.

Finesse des stalactites, richesse de l'art pariétal

La visite des Grottes de Cougnac commence par la grotte géologique tout de suite en descendant une volée de marches qui conduit au cœur de la colline et débouche sur une vaste salle. Cette première grotte, découverte en 1949, renferme une riche végétation minérale, véritable pluie de concrétions (stalactites) dont certaines d’une grande finesse (nommées alors fistules).

Cette grotte n’a jamais été visitée par nos ancêtres. Aucune trace d’outils ou de peintures ne révèle une quelconque présence humaine.

L’endroit est resté intact jusqu’à nous.

Finesse et densité, l’ensemble forme une prodigieuse cathédrale naturelle à la beauté incomparable.

 

Puis vous cheminez dans le noir, et revenez à l’air libre, avant d’entrer et admirer la seconde grotte ornée du paléolithique : bouquetins, mammouths, grands cervidés, figurations humaines, signes divers, traces de doigts... 

L'émotion esthétique est complète.

Bouquetin des Grottes de Cougnac

Cette deuxième grotte, découverte en 1952, est un des grands trésors de l’art pariétal, comprenant sans doute parmi les plus vieux dessins figuratifs visibles par le public, et d’autres datations plus récentes entre 18 et 20.000 ans. Le bris des concrétions, l’utilisation des reliefs, le dialogue avec la paroi, l’emploi de lithophones (concrétions musicales), la mise en scène des dessins font de cet espace un endroit très original.

C’est 30.000 ans d’histoire de l’art qui vous sautent aux yeux !

Le noir du charbon de bois le dispute ici au rouge de l’oxyde de fer, fragiles témoignages des traces de l’homme depuis toujours en Vallée de la Dordogne.