© La Roque Saint-Christophe. Fort et Cité Troglodytiques | La Roque Saint-Christophe. Fort et Cité Troglodytiques

La Roque Saint‑Christophe

dans les pas des hommes des falaises

La Roque Saint-Christophe est une haute falaise calcaire, située à Peyzac-le-Moustier, une commune française du département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Classée monument historique, elle accueille le plus grand ensemble troglodytique de la Vallée de la Vézère et d’Europe. Elle est l’un des sites touristiques les plus visités du Périgord.

Bienvenue à la Roque Saint-Christophe !

Le Film En Realite Virtuelle

Boudiou, que calou aujourd’hui ! Vite, une idée rafraîchissante pour se jouer de la chaleur !

Un gouffre, une grotte, une église, une abbaye, un musée, les caves d’un bon petit vignoble du bergeracois… ? Et pourquoi pas un site encore plus original ?

Très bien ! Alors, que diriez-vous d’explorer le plus surprenant abri troglodytique de la Vallée de la Vézère ? Ne réfléchissez pas, car nous vous garantissons que vous allez adorer la Roque Saint-Christophe, là où les hommes et la nature se sont véritablement surpassés pendant des millénaires…

PRATIQUE
La Roque Saint-Christophe – 24620 Peyzac-le-Moustier
05 53 50 70 45 / roque-st-christophe.com

HORAIRES D’OUVERTURE

  • En janvier – de 10h à 17h
  • En février, mars et d’octobre au 11 novembre – de 10h à 18h
  • Du 1 avril au 6 juillet et du 28 août au 30 septembre – de 10h à 18h30
  • Du 7 juillet au 27 août – de 9h30 à 19h30
  • Du 12 novembre à la fin des vacances de Noël – de 10h à 17h30

Fermé le 25 décembre

TARIFS 

Basse saison (du 1er octobre au 31 mars) Haute saison (du 1er avril au 30 septembre)
Adultes : 9,50 € Adultes : 10,50€
Enfants (de 5 à 13 ans) : 5,00 € Enfants (de 5 à 13 ans) : 5,00 €
Étudiants : 8,00 € Étudiants :8,50€

 

Un site qui donne le vertige

Depuis la route en provenance de Montignac, après le Moustier, l’immense falaise abrupte saute aux yeux. Vous apprendrez plus tard que ce « mur » calcaire s’étend sur 1 kilomètre de long et 80 mètres de haut, comprend plus d’une centaine d’abris sous roche, et 5 failles longitudinales, formant de vastes terrasses étagées. Impressionnant !

Mais jusque-là, vous n’êtes pas encore trop surpris car, en Vallée de la Vézère, ce type de paysage minéral est fréquent. Et comme ces espaces étaient souvent occupés par les hommes préhistoriques, vous vous attendez à y trouver une énième grotte !

Tant mieux, la surprise n’en sera que meilleure !

Le temps de parvenir en contrebas de cette formation monumentale, vous êtes tout de même intrigué par ces minuscules points de couleur qui se déplacent sur l’escarpement… Pas de doute, des gens se promènent là-haut !

Et ce sera aussi votre tour très bientôt !

accès à la Roque Saint-Christophe

 

Vous commencez à avoir les nerfs qui se croisent sur l’estomac ? Rassurez-vous : le site est parfaitement sécurisé. Et même si la visite est un peu « sportive », car il faut monter, prendre des passages étroits, et longer des précipices avec des à-pics de 20 à 40 mètres, elle reste sans danger.

Mais avant de prendre de la hauteur, arrêtons-nous un moment au pied de la falaise, car c’est à cet endroit que la Roque Saint-Christophe a fait corps avec les hommes pour la première fois, voici bien longtemps…

Le fondement préhistorique

de la Roque Saint-Christophe

Les tout premiers à trouver refuge ici furent les Néandertaliens, il y a 55000 ans ! Les Homo sapiens suivirent, avec Cro-Magnon, quelques milliers d’années plus tard.

Des traces de leur long passage ont été retrouvées. Certes, elles ne se sont pas révélées aussi riches que celles du village troglodytique de La Madeleine, à Tursac. Toutefois, elles sont tellement anciennes qu’elles demeurent des témoignages très touchants. Et puis elles permettent aussi de s’interroger…

En effet, face à cette haute falaise pourvue d’innombrables abris naturels, comment expliquer que nos ancêtres soient restés en bas, tandis que le fait de grimper leur aurait offert plus de protection ? Élémentaire : ils ne connaissaient tout simplement pas le fer, et n’avaient donc pas l’outillage nécessaire pour aménager en profondeur le rocher, et notamment y creuser des escaliers. Logiquement, ils ont investi les soubassements qui leur suffisaient alors.

Mais au fil du temps, des progrès, et surtout des aléas de l’Histoire, les regards vont peu à peu s’élever, pour échafauder une forme d’occupation beaucoup plus inattendue !

La forteresse "verticale"

Un peu avant l’An 1000, les drakkars Vikings ne cessent de rôdailler en Périgord, remontant toutes les rivières. Pour s’en protéger, un important système de défense va se mettre en place. Grâce à sa position stratégique au-dessus de la Vézère, la Roque Saint-Christophe est fortifiée. Une citadelle et un village accueillant plusieurs centaines d’habitants viennent s’insérer dans le rempart naturel, profitant de chaque anfractuosité. Des postes de garde, un pont-levis, des ruelles, des escaliers taillés dans le roc, des commerces, des ateliers d’artisans, des maisons, et même une église ! Le tout étalé sur 5 étages, jusqu’aux rives de la rivière, elles-mêmes pourvues de tours sentinelles, et d’un port…

Évidemment, aujourd’hui, il n’y a quasiment plus rien. Car si l’Histoire a contribué à donner naissance à ce site hors norme, elle l’a aussi détruit ! Après avoir survécu à la guerre de Cent Ans, la Roque Saint-Christophe, devenue fief protestant, finit par céder lors des guerres de Religion. Elle est démantelée en 1588, et ses habitants définitivement chassés.

S’ensuivent 350 ans d’abandon !

La redécouverte

Après des dizaines de millénaires d’occupation humaine continue, 350 petites années sans aucune activité ont suffi à la nature pour reprendre ses droits ! Même la mémoire des anciens, pourtant si vive en Périgord, avait enfoui la Roque Saint-Christophe dans l’oubli…

Jusqu’en 1938… Un habitant de la région, Gabriel Touron, remarque une petite fenêtre dans la falaise qui borde le terrain qu’il vient d’acquérir. La renaissance du site est en marche ! Aujourd’hui, c’est son fils qui veille sur sa précieuse découverte, et s’emploie à y faire revenir les hommes, même si ce n’est que le temps d’une visite !

D’ailleurs, c’est le moment pour vous de rejoindre la grande terrasse…

Des bâtisseurs inspirés

Le parcours est étroit. On se faufile, on grimpe quelques escaliers, on traverse un couloir creusé dans la roche et soudain… la vue se dégage !

Waouh ! Voilà, vous y êtes sur ce fameux balcon dominant la Vallée de la Vézère ! Poétiquement baptisé « Le boulevard de l’Humanité », ce n’est autre que le plus grand abri sous roche aérien d’Europe : 400 mètres de long et 40 mètres de haut ! Dans cet espace à l’origine brut, le moindre mètre carré de roche a été taillé et travaillé pour donner naissance à un quartier du village.

Mais à quoi pouvait donc ressembler un lieu aussi unique ? Si une maquette vous apporte déjà quelques réponses, ainsi que les reconstitutions de maisons et d’ateliers, rien ne vaut la réalité virtuelle pour s’immerger pleinement. Alors ne loupez surtout pas le film 3D sur l’évolution de l’aménagement de la Roque Saint-Christophe. Passionnant et superbement éclairant ! Comme si vous y étiez !

Du coup, c’est avec un œil nouveau que vous reprenez votre visite. Maintenant, vous comprenez mieux à quoi pouvaient bien servir ces étranges machines qui occupent le bout de la terrasse : treuil horizontal, grue à balancier, cabestan, ou encore cage à écureuil. Au début, vous les avez prises pour des engins de guerre. Quelle erreur ! Elles n’étaient pas destinées à détruire, mais bel et bien à construire !

section-banner-top

Comment venir ?

  • Où se situe la Roque Saint-Christophe ?

    la Roque Saint-Christophe se situe à Peyzac-le-Moustier tout proche des Eyzies-de-Tayac en Vallée de la Vézère dans le département de la Dordogne.

  • Quelles sont les coordonnées GPS ?

    Latitude 44° 59′ 20.528″N

    Longitude 1° 7′ 7.595″E

     

  • Parking

    Le parking gratuit se trouve en face, de l’autre côté de la route. Vous trouverez également un petit restaurant et une aire de camping-car.

fr
Nos suggestions