© Dji 0066

Week‑end bivouac le long de la Dordogne

Cela fait un moment que j’ai envie de succomber à la tendance du retour aux sources et à la nature, le temps d’un week-end à deux. Petite, il m’est arrivé de camper quelques fois en colonie de vacances, et plus tard d’y envoyer mes enfants avec une petite pointe d’envie. J’adorais ça ! L’installation, le feu de camp, les chasses au trésor… Pourquoi ne pas retenter l’expérience ? En discutant, mon compagnon et moi sommes sur la même longueur d’onde ! Ce qu’il nous faut, c’est une parenthèse douce entre le quotidien et l’évasion.

Direction, la vallée de la Dordogne !

Me souvenant d’un article que j’ai récemment lu, je lui parle du glamping : contraction du mot “glamour” et “camping”. Il rit, mais avoue à demi-mot qu’il ne se sentirait pas prêt à dormir sur un matelas à demi gonflé. Ici, ce serait plutôt tente douillette ou hébergement insolite tout équipé, parfait pour nos timides âmes d’aventuriers ! En commençant nos recherches, une destination attire notre attention : la Vallée de la Dordogne, à 3 h seulement de Bordeaux. Je n’y suis jamais allée, mais j’en ai beaucoup entendu parler, alors pourquoi pas !

Comme toujours, je sais ce que je veux : un joli paysage à admirer au réveil, me sentir déconnectée, tout en restant proches de villages ou d’activités sympas. Ce qu’il souhaite lui : traverser la Dordogne en canoë, car “c’est vraiment dommage de venir dans la région sans profiter de l’activité phare”. Et il a raison ! En fouillant un peu, on tombe sur la formule parfaite : une randonnée de 2 jours sur l’eau, avec une nuit en tente bohème.

Je ne sais pas pourquoi, mais je sens déjà que ce séjour va nous rapprocher, et nous donner de belles anecdotes à raconter aux copains… J’ai tellement hâte. Sur la route, on est joyeux comme des enfants ! On réécoute nos albums préférés et on refait un tour sur le site internet de notre prestataire pour décortiquer le programme et partager nos attentes. Peu à peu, nous laissons les bouchons bordelais derrière nous, pour la campagne et les petits villages.

Jour 1

Première étape : arrivée et découverte de Beaulieu-sur-Dordogne

Carennac Aventures, notre guide pour tout le week-end, a absolument tout prévu ! Tout d’abord, on gare la voiture au camp de base de Carennac, on règle les derniers détails de la location, et on confie nos bagages à l’un des moniteurs avant de partir à Beaulieu-sur-Dordogne pour le départ.

Je n’ai qu’une envie, découvrir la jolie tente “expédition” réservée pour nous, mais il faudra attendre… Juste le temps d’attraper l’essentiel et nos sacs partent avant nous pour que tout soit prêt à notre retour ce soir.

La surprise est au rendez-vous dès le départ ! On nous invite à faire un tour par le local du matériel pour choisir notre canoë pour les 2 jours à venir et essayer nos gilets. Nicolas fait le fier au moment du briefing, moi un peu moins ! 33 kilomètres ce n’est pas rien, mais j’ai envie de le surprendre…

Pour ce premier jour, top départ depuis Beaulieu-sur-Dordogne, en Corrèze, pour 18 kilomètres en 3 h 30.

Arrivés à l’embarcadère de Beaulieu-sur-Dordogne, on nous annonce un quartier libre pour visiter la ville avant de se retrouver pour le vrai départ. Parfait pour aller admirer le village clunisien et son abbaye bénédictine de plus près. On en profite pour faire une petite pause au Pilea Café, un coffee shop cosy tenu par Sabrina, qui, une fois installés sur la petite terrasse au cœur d’une ruelle, nous convainc de tester les lattes au lait végétal.

“Un café pour boire du pays”, ce petit adage nous plonge dans l’esprit de la Vallée de la Dordogne : authenticité et plaisirs simples ! Après un bref passage par l’Abbatiale Saint-Pierre, nous retrouvons les rives de la Dordogne, où la Chapelle des Pénitents se reflète. En passant devant l’embarcadère des gabares, je me dis que cette visite était bien trop courte, et qu’il faudra revenir…

À l’abordage !

L’expédition canoë peut enfin commencer ! En avançant, on se laisse charmer et apaiser par la faune et la flore sauvage de la rivière. Le chant des oiseaux, le soleil qui fait briller l’eau autour de nous… Ce que j’ai préféré, ce sont les arrêts sur les petites plages croisées en chemin et la vue spectaculaire sur le Château de Castelnau. En passant sous le Pont de Puybrun, on s’amarre entre les galets pour profiter du décor naturel et du panier pique-nique à base de produits locaux que Carennac Aventures nous a préparé. Nicolas et moi échangeons un regard complice : tout est parfait !

Deuxième étape

Visite de Carennac et soirée glamping

16 h. Nous voici de retour à Carennac que nous n’avons pas encore visité ! C’est agréable de retrouver la terre ferme, d’autant plus dans l’un des Plus Beaux Villages de France. Notre guide 100% local nous conseille de faire un tour du côté du Château des Doyens et du cloître. C’est main dans la main que nous flânons dans le village, en prenant quelques photos. 

Après avoir ramé et rigolé toute la journée, c’est enfin le moment de retrouver notre tente “de luxe” pour se reposer et profiter d’une belle soirée. Comme promis, c’est un petit cocon de 20 m² qui nous attend, avec un grand lit double, un coin lecture, tout ce qu’il nous faut pour ranger nos affaires, et même, une petite terrasse avec une table et deux chaises. La décoration est simple et très cocooning ! D’extérieur, elle me fait penser aux tentes que l’on trouve en safari en Afrique. Nul besoin d’aller bien loin pour jouer les aventuriers…

Pour notre première soirée, j’ai prévu un barbecue, feu de camp et surprise : une petite bouteille de champagne pour trinquer à nos péripéties. C’est quand même un week-end rien qu’à nous, il fallait marquer le coup ! La température est douce en ce mois de mai, le feu crépite, on a chacun un petit plaid pour nous réchauffer, et je me replonge dans mes souvenirs de jeunesse, comme je l’avais imaginé.

Jour 2

Troisième étape : parenthèse nature sur la Dordogne lotoise

Une fois prêts, nous partons pour cette deuxième journée, légèrement moins sportive que la veille : 15 kilomètres en 3 h. Les paysages sont totalement différents. Désormais, ce sont d’imposantes falaises sauvages qui nous entourent, vraiment magnifiques. On se plaît même à emprunter de petits passages secrets. L’eau est encore un petit peu fraîche pour une franche baignade, mais ce n’est pas l’envie qui nous manque.

On forme plutôt un bon binôme de pagaies, malgré quelques éclaboussures et quelques menaces de finir à l’eau, j’ai vraiment apprécié cette activité. La rivière Dordogne est un vrai paradis pour ça, à la fois calme et vivante. Il m’est même arrivé d’oublier l’effort ; happée par l’atmosphère des lieux, tout en repoussant un peu mes limites sur la fin. À 15 h nous sommes déjà arrivés à notre dernière étape : Montvalent. 

Dernière étape

Balade et soirée guinguette à Montvalent

On débarque au pied du village, au niveau du restaurant “Le Vieux Chêne”. Un grand terrain ombragé nous y attend, où certains font la sieste, s’amusent à plonger en sautant à la corde suspendue au-dessus de l’eau ou se baignent. Sur la terrasse, décorée de guirlandes fanions colorées, on profite de l’ambiance “à la bonne franquette” autour d’un dernier verre.

Nous prendrons la navette retour à 17 h 30 pour pouvoir faire le tour de ce charmant village. En montant, on marche tranquillement entre les jolies maisons et jardins. Je me verrais vraiment vivre ici ! Un petit coup de fil aux enfants pour leur annoncer notre retour, et on savoure encore un instant notre tranquillité. Si je devais ajouter une chose à ce week-end, ce serait quelques heures supplémentaires… 

Inspiration week-ends...

fr
Nos suggestions