MonpazierMonpazier
©Monpazier|Jean-Marie Clausse

Monpazier

l'art de la rigueur et du bien vivre

Monpazier est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Dordogne (Périgord Pourpre), en région Nouvelle-Aquitaine. Cette ancienne bastide anglaise du XIIIème siècle fait partie de l’association des « Plus Beaux Villages de France » .

La géométrie n’a jamais été votre fort ? Voilà sûrement l’occasion de vous réconcilier en douceur avec les parallèles et les perpendiculaires qui, au sein de la bastide de Monpazier, ont résolument choisi de vous charmer, plutôt que de vous rendre fou !

La Porte du Paradis...

Découvrir le « Mont de la Paix » en franchissant la porte du Paradis… Avouez que l’invitation est plutôt séduisante…

Reconnaissons toutefois que cette fameuse porte n’est en fait qu’un bien modeste passage, situé sur le Chemin du Tour de Ville, à l’extérieur de l’enceinte de Monpazier. Et pour tout dire, il s’agissait même des anciens égouts de la cité !

Malgré cela, l’endroit était très fréquenté au Moyen Âge ! Vers quoi pouvait-il bien mener ?

Vers Monpazier, tout simplement ! Une « ville neuve » qui, luxe incroyable pour l’époque, offrait la sécurité et la liberté à ses habitants, moyennant l’acquittement d’une taxe. Évidemment, tous ne pouvaient pas prétendre à ce « Paradis ». Du coup, certains choisissaient d’entrer secrètement la nuit par la « petite porte », certes peu ragoûtante, mais non gardée ! Et il se dit que les candidats étaient nombreux !

Une bastide anglaise "modèle"

en terre périgourdine

Le tunnel n’est pas bien long. Derrière vous, la vue sur la vallée du Dropt est bucolique. 

Vous avez lu que cette région du fin fond du Périgord a beau se faire discrète, comparée à ses célèbres voisines, la Vallée de la Dordogne et celle de la Vézère, elle reste cependant incontournable. Ses atouts : l’harmonie de ses paysages, mais aussi et surtout son exceptionnelle concentration de bastides. Il faut dire qu’au XIIIème siècle, à l’aube de la guerre de Cent Ans, cette terre était une zone frontière, où s’exprimait déjà avec force la rivalité entre les royaumes de France et d’Angleterre. Chaque camp entendait consolider ses positions.

C’est ainsi que la bastide de Monpazier vit le jour en 1284, selon la volonté du souverain anglais Édouard Ier. Une vraie réussite, plébiscitée par les plus grands architectes, tels Viollet-le-Duc, ou Le Corbusier. Avec son plan en damier organisé autour d’une place centrale, son maillage très hiérarchisé de rues, et la maîtrise de son architecture, elle apparaît comme une bastide « modèle », que le temps et les coups du sort n’ont pas réussi à ébranler…

Allez, à votre tour de goûter au Paradis !

section-banner-top

Le jeudi à Monpazier, c'est marché !

Quelques marches, et vous voilà dans la rue Saint-Pierre, longue et rectiligne. À droite, comme à gauche, vous n’en voyez pas la fin ! Juste en face de vous, entre les maisons en pierre « bien calibrées », une étroite ruelle vous attire. Elle aussi est sacrément droite ! Un raccourci ? « Carreyrou du Bayle » est-il écrit sur la mignonne pancarte en bois. Vous vous engouffrez.

Au moment de couper la rue Saint-Jacques, une rumeur se fait entendre. Le carreyrou poursuit son chemin jusqu’à la rue Notre-Dame, et le brouhaha prend joyeusement du coffre. Étonnant pour un village à la réputation calme ! Des badauds surgissent alors, les bras bien chargés ! Quel jour sommes-nous ? 

Jeudi, évidemment… Et c’est jour de marché ! Une tradition ici. Pensez-vous ! Plus de 700 ans que cela dure ! Et tous les jeudis, comme le stipulait la charte des coutumes de la bastide. 

Ce marché de Monpazier est un patrimoine à part entière. Et bien sûr, il a élu domicile sur la place centrale, la célèbre Place des Cornières, qui, pour l’occasion, s’est parée d’une ribambelle d’étals colorés, faisant la part belle aux petits producteurs locaux, et aux incomparables saveurs du Sud-Ouest. Arrêt obligé !

L'atmosphère vous imprègne...

Le calme revenu, la place de Cornières reprend ses aises et se dévoile dans toute son authenticité. Ses arcades ombragées, ses rosiers et ses glycines, ses cossues maisons médiévales, toutes classées aux monuments historiques, ses échoppes, sa halle si typique, avec sa superbe charpente en châtaignier, et ses mesures à grains… 

Un vrai décor de cinéma ! D’ailleurs, le lieu garde toujours le souvenir des nombreux tournages qu’il a accueillis : Le Capitan, Le Chevalier de Pardaillan, Fanfan la Tulipe version 2003, et plus récemment, The Last Duel, de Ridley Scott. D’autres suivront, c’est certain !

Après cette délicieuse pause contemplative, il vous tarde de parcourir de long en large ce royaume de l’angle droit, qui « respire » le Moyen Âge ! Mais avant de quitter la place, vous vous amusez à y retrouver la fameuse trace du PAL, le centre géométrique de Monpazier. C’est là que tout a commencé… Et pour mieux comprendre le génie des bâtisseurs, vous vous promettez de faire un saut au Bastideum situé tout près. Les enfants rechignent à comprendre l’utilité de la corde à 13 noeuds ? Ils retrouveront forcément le sourire au milieu des jeux anciens, déguisés en damoiseaux et damoiselles ! Une visite s’impose donc !

Un écrin de choix pour l'artisanat d'art

L’œil désormais bien aiguisé, vous repérez les carreyrous qui vous mènent aux quatre coins de la cité. Carreyrou du Pontet, des Costognières, du Tisserand… Ils débouchent toujours là où il faut ! Rue Notre-Dame, vous tombez nez à nez avec la sobre église Sainte-Dominique, où vous ne manquerez pas l’aller planter un clou ! Un peu plus loin, la haute Maison du Chapître se dresse fièrement…

Petit à petit, vous vous laissez aller à la flânerie, dans ces rues qui n’en finissent pas de se croiser, sans pour autant se ressembler. Et comme elles sont très peu fréquentées par les voitures, vous prenez plaisir à en admirer l’exceptionnel patrimoine bâti, tout en savourant l’agréable ambiance qui y règne. Car en plus d’être l’un des « Plus Beaux Villages de France », et accessoirement la plus petite commune de Dordogne en superficie, Monpazier est aussi une bastide qui vit ! 

Pour preuve, tous ces artisans d’art qui ont investi les lieux : horloger, potier, céramiste, souffleur de verre, bijoutier d’art, peintre sur verre, maroquinier, relieur, spécialiste en marqueterie… Ils sont plus d’une vingtaine à y déployer tous leurs talents, installés dans de petites échoppes. Discrets, mais pas inaccessibles, bien au contraire ! C’est l’une des particularités de Monpazier : tous les ateliers sont ouverts au public, quasiment toute l’année, et vous promettent de passionnantes rencontres. Au-delà de la pierre, voilà une autre très belle façon de découvrir cette fascinante bastide…

Alors, toujours allergique aux angles droits ?

fr
Nos suggestions