Château de ValChâteau de Val
©Château de Val|Corrèze Tourisme

Château de Val

une craquante forteresse à fleur d’eau.

Le château de Val est un château fort français, situé sur la commune de Lanobre, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Voué à disparaître en 1951, sous les eaux du lac de retenue du barrage de Bort-les-Orgues, il fut miraculeusement épargné. Devenu quasiment insulaire, il témoigne des grands bouleversements qui sont intervenus dans cette partie de la Vallée de la Dordogne. Magnifiquement rénové et visitable, il est désormais la propriété de la commune corrézienne de Bort, en région Nouvelle-Aquitaine.

En vallée de la Dordogne, on raffole des belles histoires qui finissent bien. Et s’il en est une dont on se délecte, c’est assurément celle du château de Val, un pimpant petit castel moyenâgeux, édifié entre les XIIIème et XVème siècles, qui peut se targuer d’avoir eu un récent destin peu banal !

Nul doute que l’infortuné d’hier avait fini par ne plus croire aux contes de fée, avant probablement de se raviser, car s’il est encore debout aujourd’hui, malgré l’implacable volonté des hommes et la force d’un géant, c’est bien à un « presque » miracle qu’il le doit ! Désormais, mi-cantalien, mi-corrézien, Val sourit à la vie, et c’est toujours avec bonheur que l’on s’y pose, car aussi surprenant que cela puisse paraître, voilà un adorable château les pieds dans l’eau, qui respire les vacances, et même le sable chaud…

PRATIQUE
Les Fontilles, 15270 LANOBRE
04 71 40 30 20 / www.chateau-de-val.com

HORAIRE D’OUVERTURE 2022
Du 05 février au 31 mars de 14:00 à 18:00 (Tous les jours sauf le mardi)
Du 1er avril au 30 juin de 10:00 à 12:00 et de 14:00 à 18:00 (Tous les jours sauf le mardi)
Du 1er juillet au 30 août de 10:00 à 12:00 et de 14:00 à 19:00 (Tous les jours)
Du 1er septembre au 6 novembre de 10:00 à 12:00 et de 14:00 à 18:00 (Tous les jours sauf le mardi)

TARIFS
Visites libres ou guidées Adulte : 6,50€/ -12 ans : 3.50€ / -6 ans : Gratuit

Château de Val… les-Bains

Short, tongs, maillot, serviette, lunettes de soleil, crème bronzante : voilà la panoplie parfaite pour aller saluer le château de Val ! Et c’est très sérieux, car sachez qu’ici, quand on se permet de vous mener en bateau, c’est uniquement sur l’eau, confortablement installé à bord de vedettes panoramiques éprises de beaux paysages, ou bien solidement arrimé à quelque puissant hors-bord fana de glisse. Évidemment, le tableau ne serait pas complet sans la base nautique, le miniport, la plage de sable blond, et le lac de Bort-les-Orgues, immense, en guise d’océan. Pas de mouettes ? Les canards font très bien l’affaire !

 

Et le château dans tout ça ? 

Oh, pas d’inquiétude, il est bien là, avec ses six tours, élancées à souhait, ses mâchicoulis, ses toits en poivrière, sa jolie chapelle gothique dédiée à Saint-Blaise, et son air fringant ! Tel un jeune premier, il crève l’écran ! Surtout depuis qu’il a fait copain-copain avec l’inoubliable Jean Marais, venu voici bien longtemps y jouer Le Capitan, et accessoirement y manier le poignard – ce dont l’une des tours se souvient encore ! Toutefois, n’allez surtout pas lui murmurer qu’il aurait mérité de se hisser sur quelque proéminence pour qu’on le remarque mieux. À ce jeu, il a certainement plus donné qu’aucun autre, et il y a fort à parier qu’il ne regrette aucunement d’avoir rejoint le plancher des vaches. Comment s’y est-il pris ? C’est une bien singulière histoire…

Quand Val jouait au château perché

Être un château fort en vallée de la Dordogne, c’est extrêmement flatteur, mais c’est aussi un sacré challenge, car la concurrence est rude, surtout lorsqu’on ne peut se vanter de glorieux faits historiques. Le château de Val aurait ainsi pu traverser les siècles en demeurant dans l’ombre de ses célèbres cousins du Périgord. Certes gracieux, il n’avait pas ce côté flamboyant qui plaît tant aux visiteurs. Mais il ne s’en plaignait guère, déjà reconnaissant de ne pas avoir été trop malmené par ses différents propriétaires – et ils furent nombreux en près de 8 siècles ! Sur son promontoire, il avait l’impression de se sentir important…

Eh oui, l’honorable châtelet, qui s’épanouit aujourd’hui au bord d’un lac artificiel, s’essayait alors à tutoyer les nuages ! Niché à plus de 30 mètres de haut, il dominait une vallée habitée, celle de la Dordogne, au milieu de laquelle sinuait librement la rivière du même nom. Tel était le royaume du château de Val, celui qu’il avait toujours connu depuis le Moyen Âge. Et tandis qu’au XXème siècle, il s’imaginait peut-être devenir un vénérable monument historique, il déchanta rapidement face à l’inimaginable…

Double coup de théâtre !

1951 : Val, qui jusque-là n’a jamais vraiment pu briller par héroïsme, s’apprête à se sacrifier au nom de la modernité ! Plus en aval, sur la Dordogne, la construction du gigantesque barrage hydroélectrique de Bort-les-Orgues est terminée. Sa mise en eau, imminente, prévoit la création d’un impressionnant lac de retenue, s’étendant sur 21 km de long et obtenu par l’ennoiement d’une partie de la vallée en amont. Des villages doivent disparaitre, tout comme le château de Val, déjà abandonné depuis 1948 par ses propriétaires, la famille d’Arcy, expropriée par EDF.

Mais contre toute attente, Val reste au sec ! Pour le sauver, dix petits mètres providentiels ont suffi, ceux auxquels le mur du barrage de Bort-les-Orgues a dû renoncer par sécurité. Le destin lui offre ainsi l’aubaine d’une presqu’île, et celle d’une seconde vie heureuse…

En 1953, la mairie de Bort-les-Orgues le rachète à EDF, pour un franc symbolique. Le petit château du Cantal, bien installé sur la discrète commune de Lanobre, comme l’attestent ses origines et le GPS, devient alors un peu corrézien. Est-ce que cela lui pose un problème ? Sûrement pas ! Val a bien appris de ses mésaventures, et il s’est promis de ne plus être un château ordinaire !

Elle est pas belle la vie ?

Sitôt franchie la passerelle qui le relie à la terre ferme, le château de Val dévoile son accueillante cour d’honneur, où l’été, baladins et ménestrels des temps modernes profitent du cadre enchanteur pour régaler les visiteurs. En intérieur, la bâtisse magistralement rénovée est tout aussi avenante. Au fil des étages, que les plus jeunes arpentent de manière ludique, au gré d’énigmes à résoudre, les pièces se succèdent, chargées d’histoire. Parfois, une surprise surgit, à l’image de cet espace d’exposition, qui vous plonge brusquement dans un bain de culture contemporaine. Une pause insolite et colorée, avant de poursuivre sur les traces du valeureux Capitan, et de gagner l’étroit chemin de ronde qui s’annonce comme une récompense. On n’hésite pas à s’y faufiler et à suivre les courants d’air qui, ici, ont surtout le don d’ébouriffer les mirettes ! Un coup d’œil par les fenêtres ouvertes à tous les vents… Boudiou ! Quel décor !

En contrebas, le temps est plus à la distraction qu’à la contemplation. Sur la plage aménagée, des familles ont pris place pour la journée. Une ribambelle de petits drôles batifole dans le lac. C’est top, car l’été, la baignade est surveillée ! Des rires et des cris de joie retentissent soudain : quelques intrépides s’en payent une bonne tranche sur des bouées géantes. Au loin, des virtuoses – ou non ! – du ski nautique assurent le show, pendant qu’une vedette de promenade enclenche le moteur doux, pour rejoindre les gorges de la Haute-Dordogne, et le barrage de Bort-les-Orgues. Et puis il y a ceux qu’on ne voit pas forcément, qui ont gagné les criques tranquilles pour se reposer ou pêcher…

Très naturellement, le château de Val se plaît à mélanger les genres. La monotonie, ce n’est plus pour lui. Mais il n’en a pas pour autant troqué son romantisme ! Le soir venu, une fois l’agitation retombée, il se nimbe de douceur, et vous convie même à passer une nuit pleine de charme en son sein… Divin ! Quant aux jours où les cieux se font un peu plus chagrins, il adore s’habiller de brume et de mystère, tel un authentique manoir écossais, perdu au milieu de son loch…  Magique !

Comment venir ?

fr
Nos suggestions