Floirac - Montavalent - Rocamadour - Floirac... En vacances à 2 pas de la maison

Deuxième jour.

Meyronne - Lacave

Départ à 11 heures de Meyrone. Nous marchons sur la route en direction de Lacave. Il y a heureusement peu de circulation. Et même sans moteur à explosion, nous nous sentons les rois du bitume.

A midi environ, nous arrivons à Lacave. J'espérais trouver là une épicerie. Je m'étais mal renseigné. A Saint-Sozy, en face de Meyronne, sur l'autre rive de la Dordogne, nous aurions pu nous ravitailler, mais nous avons voulu éviter de nous charger... Nous le regrettons.

A Lacave, un panneau signale que des millions de visiteurs ont visité la grotte depuis le début de son exploitation. Des millions mais pas d'épicerie. En cherchant, nous nous arrêtons devant une petite maison qui porte une plaque de « licence » de bar. Ni III et IV, mais une « Licence II », peu courante, qui m'intrigue. Une fenêtre s'ouvre et une vieille dame tout sourire nous demande ce que nous cherchons. « Une épicerie ! » Cela l'amuse : « Vous arrivez trop tard, répond-elle. Il y en a eu une mais il y a très longtemps... » Il ne reste donc plus que deux bars-restaurants. Au bar situé en face de l'entrée de la grotte, nous commandons deux sandwichs jambon-fromage tels des Parisiens pressés (4,50 euros le sandwich). Nous n'avons plus de fruits, mais nous nous refusons le « fruit du jour » de l'établissement, au prix prohibitif (3 euros les deux pêches). 

La Vallée de l'Ouysse - entre Lacave et Rocamadour

A partir de Lacave, le sentier qui serpente dans la vallée de l'Ouysse est tout simplement magnifique : rochers aux formes extraordinaires, grottes sauvages, magnifiques dalles de pierre idéales pour notre pique-nique frugal...

A l'endroit où se rejoignent les vallées de l'Ouysse et de l'Alzou, nous ratons le GR (le balisage est à cet endroit un peu aléatoire). Du coup, nous rejoignons Rocamadour par le plateau situé au sud. Nous ne perdons pas au change, car nous découvrons un point de vue sur la cité que nous ne connaissions pas.

A L’Hospitalet (commune de Rocamadour), nous nous asseyons un instant sur un banc. Nous sommes rouges, en sueur, poussiéreux...
Des touristes nous demandent si nous sommes pèlerins et nous croyons déceler une pointe d'admiration dans leur regard.
« Non, nous habitons ici », je leur réponds.
« Ah », font-ils et croyant peut-être que je moque d'eux, ils ne cherchent pas à en savoir davantage...

Nous installons notre tente au camping de La Cigale, propre et sympathique, avec une piscine vaste et très bien tenue. Ici aussi, la saison commence à peine, et le bar-restaurant est fermé le soir. Une fois plantée la tente, nous retournons à L'Hospitalet, à 200 mètres à peine, faire quelques courses pour le dîner.

Commentaires

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.