Levé du jour au Roc des MongesLevé du jour au Roc des Monges
©Levé du jour au Roc des Monges|© OT Vallée de la Dordonge - C. May
PRÉHISTOIRE

Percer le mystère de Néandertal

Et réveiller l'archéologue en soi

Bienvenue dans la Vallée de la Dordogne, l’une des régions de France où l’on trouve le plus grand nombre de traces de nos ancêtres préhistoriques. L’histoire s’est écrite ici. Et c’est bien normal ! Car pendant des dizaines de milliers d’années, Néandertal et Cro-Magnon ont vécu ici, à l’abri de ces falaises… Ce qui est plus mystérieux en revanche, c’est que les Néandertaliens ont brutalement disparu. Rayés du monde ! Laissant ainsi le champ libre à nos ancêtres Homo sapiens qui ont ensuite pu tranquillement coloniser toute la planète.

À la rencontre des Néandertaliens

Il y a de ça 350 000 ans avant notre ère... en Eurasie

Sur les traces de Néandertal

En Vallée de la Dordogne

On enfile nos chapeaux, emporte des outils, pinceaux, crayons et on se glisse dans la peau de super archéologues. Surtout ne pas hésiter à donner de sa personne : à l’Archéosite des Fieux et au Musée de l’Homme de Néandertal, on revit la grande aventure de la préhistoire.

Qui est-ce ?

Cheveux roux, robuste, sans lunettes...

D’une autre espèce que nous, Néandertal n’est pas notre ancêtre direct, mais un lointain cousin. S’il se promenait aujourd’hui parmi nous, il passerait quasiment inaperçu car, globalement, il nous ressemble. À quelques détails près…

Un corps trapu et robuste

Sous d’épais trais, l’homme de Néandertal ne dépasse pas les 1,68 m. La femme, plus petite, oscille entre 1,52 m et 1,56 m. Sa silhouette est trapue, robuste, tout en muscles. Son crâne a la forme d’un ballon de rugby, le front fuyant vers l’arrière avec un bourrelet sous les sourcils, formant comme une visière au-dessus des yeux. Sa forte mâchoire comporte des dents volumineuses, sans menton.

Un teint clair et des cheveux roux

D’après des analyses ADN (la paléogénétique), conduites sur du matériel génétique ancien, les Néandertaliens sont roux et ont le teint laiteux. Certains ont également des yeux bruns et des cheveux châtains.

Une espérance de vie courte

Accidents de chasse, décès à l’accouchement… Peu d’adultes dépassent 45 ans, voire 35 ans pour les femmes.

Je ne pense pas qu’à manger !

Dans la boîte crânienne de Néandertal, il y a un cerveau atteignant jusqu’à 1 750 cm³, bien plus gros que le nôtre qui fait 1 400 m³. Aucune preuve scientifique n’atteste donc que Néandertal était moins intelligent que nous. Rappelons d’ailleurs que ses capacités cognitives lui ont permis de s’adapter et de survivre, pendant près de 350 000 ans…

La capacité de parler

Sur le plan anatomique, Néandertal a tous les éléments pour produire un langage articulé semblable au nôtre : cerveau complexe, boîte crânienne et oreille formées en ce sens, gène du langage. Il sait également fabriquer des outils complexes et s’organiser autour d’une stratégie de chasse. Le langage est ici un indispensable s’il souhaite communiquer aux autres tous ses savoirs.

A quoi ressemblait la voix de Néandertal ?

Des scientifiques espagnols viennent de démontrer que Néandertal pouvait produire des sons semblables aux nôtres. Comment ? En se basant sur ce qu’il pouvait entendre… À partir de l’examen de restes osseux de l’oreille moyenne et externe de cinq Néandertaliens, les chercheurs ont découvert qu’il pouvait entendre les consonnes : l’originalité du langage humain…

Son quotidien

 

Collectionner les mollusques

Son régime alimentaire est très varié. Friand d’huître, Néandertal collecte les coquillages en bord de mer, pêche le poisson en eau douce, cueille les plantes, ramasse les fruits, les champignons et chasse la faune locale (cheval, bison, renne, lapin, oiseau, etc.). Il fait aussi cuire les graminées. Eh oui, il maîtrise le feu ! À sa table, on peut alors savourer de la bouillie de céréales cuite. Autre fait inédit : des Néandertaliens retrouvés dans la grotte d’El Sidrón, en Espagne – qui y habitaient il y a 40 000 ans environ – étaient un groupe 100 % végétarien ! Aucune trace carnée n’a été trouvée dans leur tartre dentaire. Ils mangeaient des pignons de pin, de la mousse et des champignons. Par choix, ou par rareté du gibier…?

L’histoire s’est mal finie…

Pour notre groupe de Néandertaliens d’El Sidrón. Un autre groupe de Néandertaliens les a dévorés ; et ne nous a laissé que leurs os parfois brisés ou déchiquetés par des outils en pierre pour en manger la moelle.

Vivre à l'entrée des grottes

Se soigner avec les plantes

Néandertal sait calmer ses douleurs grâce aux plantes. Des traces de bourgeons de peuplier – écorces trop amères pour être mangées par goût – ont été retrouvées sur le tartre d’un individu souffrant d’abcès dentaire. Bourgeons qui, une fois ingérés, se transforment en acide salicylique, notre aspirine. Il avale également des moisissures… Base d’un célèbre antibiotique, découvert qu’au siècle dernier par Fleming : la pénicilline. Et son savoir-faire médical est suffisant pour consolider des fractures !

Néandertal rencontre Homo sapiens

Il y a de ça 45 000 ans, en France

Au revoir, Néandertal

De nouveaux venus, les Homo sapiens, apparaissent dans le paysage. Une rencontre qui, hélas, n’a pas tourné en faveur des intrépides Néandertaliens. En effet, dès le moment où l’on enregistre l’arrivée de l’Homme moderne, Néandertal disparaît dans des conditions bien énigmatiques…

« ADN », N pour Néandertal !

Des études montrent qu’il y a, pourtant, eu plus qu’une rencontre : les deux populations se sont mélangées génétiquement ! Le délicat séquençage de l’ADN ancien néandertalien a parlé : les Européens et les Asiatiques contemporains partagent entre 1 à 4 % de leur génome avec les Néandertaliens, ce qui n’est pas le cas des Africains.

Notre ancêtre, Homo sapiens

Notre véritable ancêtre, c’est lui : Homo sapiens, alias Cro-Magnon. Il est arrivé en Europe il y a environ 45 000 ans, bien après Néandertal (350 000 ans). Il faut tout de même noter qu’Homo sapiens existait déjà, mais pas en Europe : il se trouvait en Afrique, depuis 120 000 ans avant notre ère.

Mais alors, quel a été son périple ? Tout d’abord, il abandonne son berceau africain et migre, dix mille ans plus tard (110 000 ans avant notre ère), au Proche-Orient. Il poursuit sa longue traversée vers l’Asie et atterrit en Australie, il y a de ça 50 000 ans. Un peu plus tard, le voilà franchissant le détroit de Beijing pour enfin arriver en Amériques, il y a 30 000 ans.

Et chez nous ? Homo sapiens débarque en France il y a 45 000 ans avant notre ère, rencontrant ainsi Néandertal… Petit à petit, il lui prend sa place, et ce, sur tout le territoire.

Peindre, tailler, tirer comme nos ancêtres

Au Parc du Thot, à l’Archéosite des Fieux ou encore au Musée de l’Homme de Néandertal, les enfants peuvent s’essayer à l’art pariétal, fabriquer une lampe à graisse, façonner des outils en silex ou apprendre à chasser au propulseur, faire du feu, mais aussi créer des colliers préhistoriques !

Ressources

Les sites de la Préhistoire

fr
Nos suggestions