canoe Mathias Herheim Unsplashcanoe Mathias Herheim Unsplash
©canoe Mathias Herheim Unsplash

Mon séjour itinérant en canoë

Les décisions que l’on prend sur un coup de tête sont souvent les meilleures

Un soir d’été, entre deux tranches de pains garnies de fromage et de généreux éclats de rires, mes amis et moi, nous remémorions des souvenirs d’enfance. Chasses aux trésors, aventures de pirates et moult histoires dégustées autour d’un feu de camp crépitant. J’adorais ça ! « C’était le bon vieux temps… » Et si on remettait ça ? Un retour aux sources, à la nature – c’est exactement ce qu’il me faut ! Le lendemain matin, nous prenions le train, direction les gorges de la Vallée de la Dordogne.

À l’abordage, moussaillon !

Terminus, tout le monde descend

Le ciel bordelais avait accordé ses violons avec les nôtres ce matin : radieux – sans encombres et plein de promesses d’évasion. Le paysage défile sous nos yeux endormis, il est à peine 9 heures et le soleil tape doucement sur la vitre du train. Je m’imagine déjà, voguant sur les eaux calmes de la Dordogne, pagaie en mains et yeux rivés sur les paysages vertigineux de la région. 10 h 50, terminus, tout le monde descend. Nous foulons le quai de la gare de Brive-la-Gaillarde, prochain stop : Saint-Denis-près-Martel. L’aventure commence !

Petite marche pour se mettre en jambe

Bon, les amis, nous voilà arrivés à Saint-Denis-près-Martel (petite commune qui, comme son nom l’indique, se situe tout près de Martel, l’un des Plus Beaux Villages de France, en Vallée de la Dordogne). Notre mission, si vous l’acceptez, est de rejoindre la base de loisirs de Vayrac. Attention, le jeu se corse : tout se fera à pied ! Sur place, vers 17 heures, l’équipe Safaraid fera le debrief.

Falaises, canoë, rivière, faune et flore préservées, écrin de nature, bouffée d’oxygène, émotion et nuit en bivouac ! Demain, on revêt notre âme d’enfant…

Conseils

Une petite faim entre Saint-Denis-près-Martel et Vayrac (45 min à pied) ?

  • Il y a des tables de pique-nique juste en arrivant, au pied de l’église du petit village. C’est sous les arbres.
  • Sinon, on peut prendre son casse-croûte à la plage de Vayrac, elle se situe au stade de rugby. Sur place, accès à la rivière, aire de pique-nique et jeux pour enfants.
  • Autre possibilité à l’espace de loisirs des Granges, à côté du grand plan d’eau de Vayrac. Beach volley, tennis de tables…
  • La Gabare de Vayrac sert de bons produits locaux et il y a une piscine.

Sur le chemin, il y a les étangs de la Guierle, site écologique sensibilisant à la biodiversité des lieux.

Nous partons pour l'aventure !

Jour 1 : départ de Vayrac

Les gravillons croustillent sous nos baskets. Nous voilà en chemin, direction la base de canoë de Vayrac, à 45 minutes à pied de la gare de Saint-Denis-près-Martel. Il existe également une gare à Vayrac : moins bien desservie, mais plus proche, 25 minutes à pied.

Nos gambettes s’essayent aux petites routes, calmes et quasi désertiques de la commune. Sous ce soleil estival, les oiseaux gazouillent gaiement. Je souris en regardant au loin, et dire que nous sommes venus vadrouiller ici sur un coup de tête !  Mon enfant intérieur se réjouit d’avance de l’aventure à venir. « Vous les copains, je ne vous oublierai jamais, tidoudadidou », on chante et s’esclaffe à l’unisson ! J’emplis mes poumons de l’air frais des champs et me régale avec le glouglou du ruisseau en contrebas.

On arrive enfin à la base de canoë de Vayrac, sur les coups de 17 heures, après avoir fait la sieste à la plage. Une petite brasse dans la rivière, des parties de cartes à l’ombre, le bonheur de ne rien faire que profiter du moment présent L’équipe nous attend dehors, dans un petit chalet en bois. Elle nous briefe sur la journée de demain, nous montre le topo et la carte, nous amène choisir notre canoë pour les deux jours à venir et essayer nos gilets. On écoute avec sérieux, 36 km, ce n’est pas de la gnognotte ! Rendez-vous, demain à 9 heures, pétantes !

À l’abordage !

Top départ, depuis Vayrac, pour 18 km sur la Dordogne

Arrivés à l’embarcadère de l’expédition canoë peut enfin commencer ! On pagaie avec force, s’éclaboussant au passage. Parfois, le silence se fait : on est charmé et apaisé par la beauté naturelle de la faune et de la flore qui nous entourent. Le chant des oiseaux et les reflets brillants du soleil sur l’eau… J’ai particulièrement apprécié les arrêts sur les petites plages le long de la rivière avec, en sus, la vue impressionnante sur les falaises. Sur les galets, la pause pique-nique a été toute trouvée ! Nous nous sommes régalés, tout était parfait !

Fanions et resquilhète

On débarque au pied de du village de Gluges, au niveau du restaurant “Le Vieux Chêne”. Un grand terrain ombragé nous y attend, où certains font la sieste, s’amusent à plonger en sautant à la corde suspendue au-dessus de l’eau ou se baignent. Sur la terrasse, décorée de guirlandes fanions colorées, on profite de l’ambiance “à la bonne franquette” autour d’un verre.

Bivouac au bord de l'eau

Etoiles et chamallows

16 h. Nous voici arrivés à Meyronne, juste un peu avant Saint-Sozy. C’est agréable de retrouver la terre ferme… Nos bras s’octroient une pause bien méritée. À quelques enjambées de la rivière, le soleil joue les prolongations et embrasse chaque brin d’herbe. Je contemple ce spectacle avec douceur. Sur les galets éparpillés, nous décidons de poser notre barda pour la nuit. Nul besoin d’aller bien loin pour jouer les aventuriers… Tente, brasero et chamallows. L’équipement parfait pour notre première soirée sous les étoiles. La température est douce, le feu crépite, on a chacun notre sac de couchage pour nous réchauffer, et je me replonge dans mes souvenirs de jeunesse, comme je l’avais imaginé.

Parenthèse nature sur la Dordogne

Jour 2 : départ de Saint-Sozy

Rivière et passages secrets

Une fois prêts, nous partons pour cette deuxième journée : 18 km – encore – nous attendent ! D’imposantes falaises sauvages se succèdent et on se plaît à emprunter de petits passages secrets. L’eau est encore un petit peu fraîche pour une franche baignade, mais ce n’est pas l’envie qui nous manque ! La rivière Dordogne est un vrai paradis, à la fois calme et vivante. Il m’est même arrivé d’oublier l’effort ; happée par l’atmosphère des lieux, tout en repoussant un peu mes limites sur la fin. À 16 h, nous sommes arrivés à notre dernière étape : Souillac. Nous prenons la navette retour à 18 h, ce qui clôture une belle aventure ! Si je devais ajouter une chose à ce week-end, ce serait quelques heures supplémentaires…  

Qui contacter ?

Tous nos partenaires ont plusieurs bases de canoë le long de la rivière

ABC Canoë Dordogne Saga Team à Monceaux-sur-Dordogne
De 2 à 4 jours d’Argentat à Beynac. Prise en charge de la gestion de l’hébergement, des repas et du transport sur place. Possibilité d’hébergement en camping (à Brivezac, Beaulieu et Carennac).

Loisirs Évasion 19 à Monceaux-sur-Dordogne

De 2 jours jusqu’à 10 jours, les parcours seront adaptés ensemble avec chaque équipe dans le but de faire de cette expérience un moment unique.

Carennac Aventure à Carennac
De 2 à 6 jours entre Argentat et Castelnaud-la-Chapelle, kit camping (tente, matelas, réchaud, lampe torche…), hébergements tout confort.

Safaraid Dordogne à Vayrac

De 2 à 7 jours entre Argentat-sur-Dordogne et Beynac. Transport de bagages, réservation chez campings partenaires, séjours entièrement personnalisables et départs tous les jours. Possibilité de séjour canoë/bungalow pour garder le même logement toute la semaine (du samedi au samedi).

Compagnie Sports Nature à Gluges
De 2 à 4 jours en toute liberté entre Argentat-sur-Dordogne et Gluges. Remise de matériel, consignes de sécurité, initiation.

Canoë Base Campà Gluges-Martel : Organisation de séjour en canoë avec campement sur la rivière tout équipé.

Copeyre Canoë à Souillac
De 2 à 6 jours entre Argentat et Beynac, location de tente et matelas mousse. Transport des bagages et navette gratuite vers la gare de Souillac.

Inspiration week-ends...

fr
Fermer