Entre ruelles et cascades

Picture 309 1469452714.jpgPicture 309 1469452714.jpg
Marie Barrière

Rocamadour, Collonges-la-Rouge : je savoure chaque syllabe de ces noms mystérieux qui évoquent l’aventure, les légendes locales, et le programme de ce week-end itinérant entre Collonges-la-Rouge, Martel et Rocamadour. Je me surprends à fredonner une chanson aux accents occitans entendue ce matin en ouvrant les volets. Je souris : je crois que je commence à tomber amoureuse de ce territoire… 

Jour 1 : château, ruelles, huile de noix et falaises

Pour cette première journée sous le signe du patrimoine de la Vallée de la Dordogne, je pars à la rencontre de la belle Collonges-la Rouge, la cité aux 25 tours classée parmi les Plus Beaux Villages de France. Ruelles à l’atmosphère rougeoyante, Castels, tours fortifiées : j’ai l’impression de faire un bond dans le temps dès le début de la journée ! Et si je tends l’oreille je peux presque entendre le martèlement des carrioles médiévales sur les pavés.
Pour m’immerger encore plus dans l’Histoire, je pousse la porte du Château de Vassinhac : promenade dans le parc, escalier sans fin ou projection sur la vie de château ? Je savoure d’avance ce petit frisson lorsqu’on pénètre dans les caves ancestrales pour percer les mystères de ce lieu hors du temps…

Retour au présent après cette visite, et direction Martel pour continuer mon périple ! Offrant un vrai contraste avec Collonges-la-Rouge, la pierre calcaire me transporte dans un tout autre univers à seulement quelques kilomètres de ma première escapade. La halle du marché, sa charpente et son sol en galets issus de la Dordogne se préparent pour accueillir le bal d’été de ce soir. On s’affaire tout autour de moi, et j’aurais presque envie de mettre la main à la pâte ! 

Mais les ruelles et terrasses des cafés devront attendre, j’ai rendez-vous au moulin à huile de noix de la famille Castagné. Son moulin traditionnel et centenaire avec une meule en pierre est d’une majesté à couper le souffle ! Et après le déjeuner à la Ferme auberge du moulin à huile de noix, je sais avec certitude que ce petit goût d’huile de noix restera associé à la saveur des vacances au soleil. Tiens, avant de continuer ma route je vais peut-être en acheter une ou 2 bouteilles pour relever mes prochains exploits culinaires d’une touche d’authenticité ?

Mes papilles satisfaites et mon appétit pour la Vallée de la Dordogne grandissant, je prends le temps de me perdre au détour des ruelles de Martel. Quelle douce sensation de laisser de côté les notifications, les agendas et les to-do lists pour simplement profiter de l’instant en grignotant quelques fraises. Qui a dit que le goûter n’était que pour les enfants ? 

Le restaurant Au Hasard Balthazar me semble tout indiqué pour le dîner, avec ses murs en pierre et sa carte alléchante : je note cette bonne adresse pour plus tard.
 

Pour finir cette journée en beauté, Gluges et sa petite plage faisant face aux impressionnantes falaises nous ouvrent les bras pour une pause rafraîchissante à 5 kilomètres de Martel. Ça me donnerait presque envie de grimper dans un kayak et me laisser porter par les ondoiements de la Dordogne… Mais je sens le sommeil qui pointe le bout de son nez : après avoir de nouveau pris le temps d’apprécier les saveurs locales, il est temps de rejoindre la chambre d’hôtes Les Hauts de Magrières, pour une douce nuit sous l’oeil vigilant de la rivière.

Jour 2 : cascade rafraîchissante, Rocamadour et montgolfière

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi reposée après une nuit au coeur de la nature ! Il y a en Vallée de la Dordogne quelque chose de particulier, un je-ne-sais-quoi qui invite à la déconnexion et à l’apaisement.

Aujourd’hui, c’est Autoire qui retient toute mon attention ! Classé Plus Beaux Villages de France (décidément, c’est le fil rouge de cette aventure), il se niche au creux d’un cirque naturel, au fond d’une vallée et dominé par les falaises de calcaires. Toits pentus, façades blondes à colombages ou à encorbellements, tourelles et pigeonniers, manoirs : le charme opère dès les premiers pas.

Mais ce n’est pas la seule chose qui m’a attirée jusqu’ici : après 1,5 kilomètres de marche à l’ombre de la nature environnante, la cascade d’Autoire se dévoile. 30 mètres de haut, ce gigantesque mur végétal se transforme aussi en brumisateur naturel apparemment ! Ce n’est pas pour me déplaire, cette fraîcheur est la bienvenue en été.
 

Randonnée jusqu’à la cascade d’Autoire (parking payant) : 1,5 km, prévoir de bonnes chaussures et possibilité de continuer à pied jusqu’au Château des anglais (+ 800 mètres avec un fort dénivelé) ou en voiture par le haut du cirque depuis le lieu dit Siran.

Déjeuner à L’Auberge de la Fontaine à Autoire
Lieu dit Le Bourg
46400 Autoire
Tél : 05 65 10 85 40
https://www.auberge-de-la-fontaine.com/ 
 

C’est ensuite à Rocamadour que se poursuit ma balade de fin de journée, un village tout en étages que j’explore avec délicatesse et minutie comme si les pierres alentours pouvaient me murmurer d’anciens secrets à l’oreille. Après un petit passage à la Ferme des Campagnes pour faire le plein de produits locaux (une priorité absolue !), le moment que j’attendais est enfin arrivé. J’en ai rêvé toute la semaine. Une expérience incroyable m’attend dans ce haut lieu de pèlerinage classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Cette cité accrochée au rocher est sur le point de me dévoiler tous ses mystères… Depuis le ciel ! 
J’aimerais pouvoir retranscrire par écrit cette sensation d’incroyable légèreté, de liberté, d’émerveillement devant ces panoramas qui s’étalent à mes pieds depuis ma montgolfière… Mais je ne voudrais pas vous gâcher la surprise. 
 
Après toutes ces émotions, la chambre d’hôtes Les Pirondeaux m’entraîne au coeur de la cité pour la nuit. Mes rêves sont parsemés de cités volantes, et de nature vivante… Au petit matin, je sais que je sentirai en moi une énergie nouvelle, une bouffée d’air frais qui ne me quitteront pas une fois rentrée à la maison.

Pour une journée supplémentaire : la randonnée du Moulin du Saut avec un sentier dans le canyon de l’Alzou jusqu’aux ruines du moulin construit à même la falaise (de l’eau uniquement en automne et en hiver).
 

fr
Nos suggestions