© Instagram #curemonte
Road-trip

Mon beau village ‑ 67 km

Par amour des belles pierres

Avec ce circuit, nous partons en quête de belles pierres, de ces villages que l’on croise au fil de la route, au détour d’une falaise, ceux qui se dévoilent au dernier moment ou qui se devinent déjà dans l’horizon. À tous ceux qui nous font dégainer notre appareil photo ou qui, au contraire, nous rendent mutiques, subjugués… On leur dit à tout bientôt ! Nous partons à leur rencontre. Une journée au départ de Beaulieu-sur-Dordogne, le fief des gabares sur l’eau, puis nous naviguons jusqu’à Aubazine en passant par quelques-uns des Plus Beaux Villages de France. Bon road-trip !

67 km

Mission belles pierres

1 journée

pour profiter du circuit

Beaulieu

Point de départ

6 étapes

et plein d'activités
Roulez jeunesse !

Circuit d'une journée dans la vallée

Plutôt rouge ou jaune, votre pierre ?

Etape 1 : Beaulieu-sur-Dordogne

9 h : Le parapluie accueille les dernières gouttes de la matinée. Kshkshksh ! Je le secoue en regardant d’un œil inquisiteur le ciel… Le soleil aura pris son temps ce matin, mais il est enfin là ! Depuis l’Office de Tourisme, je prends la direction du cœur historique de Beaulieu-sur-Dordogne, surnommée la Riviera limousine pour sa douceur de vivre et son cadre bucolique.

Des ruelles parfumées, des bouquets d’hortensias colorés, des maisons à colombage… Je flâne au gré du patrimoine, boulevard Rodolphe de Turenne découvrant, sur mon passage, les anciens remparts, la Maison de la Renaissance, l’église Saint-Pierre ou encore la Chapelle des Pénitents.

Je déambule dans la belle cité en passant par la très ancienne rue Sainte-Catherine. Immanquable !

Je prends ensuite la direction de la rue des Aubarèdes… La rivière Dordogne sait se faire remarquer car, avant de l’apercevoir, je l’entends. Vivante. Tumultueuse. Elle s’agite et frétille. Pas de balades en gabare pour aujourd’hui !

Mais pas d’inquiétude, Beaulieu s’anime et séduit de tant d’autres manières qu’il est aisé de l’explorer autrement. Prendre le temps de se perdre, de ne suivre que son instinct et de la découvrir, à pied, au fil de l’eau et de ses envies.

Hé ! Beaulieu ramène sa fraise ! Chaque 2e dimanche du mois de mai, on y fête la gariguette ! Miam ! Au programme, des tartes aux fraises géantes de 8 mètres de diamètre, cuisinées avec 900 kg de fruits, un marché des producteurs et un salon des écrivains. Il y en a pour tous les goûts !

Etape 2 : Curemonte

Je prends ensuite la route vers l’un des Plus Beaux Villages de France, Curemonte. La voiture déposée sur le parking, ma cavalcade pédestre peut enfin commencer. La route, sinueuse, m’amène parmi les herbes folles, au vert grillé par le soleil. La jolie cité s’admire ici, dans sa globalité, dans son écrin de verdure, au loin. On y découvre alors le premier château, Saint-Hilaire. C’est le plus ancien des trois autres avec ses deux hautes tours carrées à mâchicoulis. Je flâne sur la grande rue, passe devant des rosiers fleuris, des maisons au toit de lauze et des vignes entortillées.

Sur le chemin, se profile un deuxième château, celui des Plas (XVIe siècle) habillé de ses tours rondes. L’écrivaine Colette s’y est réfugiée lors de la Seconde Guerre Mondiale et y a écrit une partie de son autobiographie, le Journal à Rebours.

Le troisième château de Curemonte aux fières allures de manoir, La Johannie (XIVe siècle), est situé en contrebas de la place de l’église.

J’ouvre l’œil, quelques trésors sont disséminés un peu partout : des peintures à l’effigie de Curemonte ornent les murs de cette dernière. Je remarque alors que l’on aime particulièrement immortaliser le village au petit matin, lorsque la brume habille la vallée.

Etape 3 : Meyssac

La route continue jusqu’à Meyssac, cet ancien village fortifié. Assortie à notre prochaine destination, Collonges-la-Rouge, la ville se pare, elle aussi, d’ocre et de vermillon. Tout pareil, les touristes en moins ! L’Office de Tourisme et quelques commerces et restaurants du coin proposent un itinéraire pour découvrir le patrimoine de Meyssac et sa faille géologique. C’est parti !

Etape 4 : Collonges-la-Rouge

Je gare mon bolide dans un des deux parkings (payants) de Collonges-la-Rouge, pour explorer le rubis de la Vallée de la Dordogne.

Classé parmi les Plus Beaux Villages de France, ce bijou est serti de petites ruelles médiévales, de Castels (Maussac, Vassinhac) et d’une multitude de tours fortifiées… Ce n’est donc pas un hasard si on la surnomme la « cité aux 25 Tours » !

Mes pérégrinations me font passer devant la Maison de la Sirène, l’église Saint-Pierre, la Chapelle des Pénitents, la halle aux grains et son four banal… Je marche dans la rue Noire où les maisons médiévales sont bâties en quinconce. Bien pratique pour se cacher et tirer en même temps sans faire face à l’envahisseur. Ils avaient de la suite dans les idées !

 

Etape 5 : Turenne

Sur la longue langue bitumée qui file entre les champs d’été, j’aperçois au loin un village majestueux… Turenne. Il est classé parmi les Plus Beaux Villages de France. Allons voir ça de plus près ! Il trône à son sommet, le château de la vicomté ; détruit, pillé, puis préservé, l’histoire de ce dernier est intimement liée à l’épopée de la royauté française.

Je suis invitée à explorer la cité suspendue accompagnée d’une guide de l’Office du Tourisme. Au programme, anecdotes et passages secrets, le tout à mon rythme.

J’apprends alors que les coquilles Saint-Jacques gravées dans les murs de la ville sont en réalité de vraies coquilles fossilisées, datant de l’ère du Jurassique.

En effet, à cette époque, Turenne barbotait dans les profondeurs de la mer ! Et ce sont ces quelques témoins qui nous le rappellent. Rien à voir avec le chemin de Compostelle, donc !

Sur la route du Château, d’anciens remparts se dévoilent aux intrépides et audacieux visiteurs… Armées des lampes de nos smartphones, nous pénétrons et marchons sur les traces de l’ancienne garde féodale. Immersion garantie !

Turenne abrite également des charmantes maisons aux toits de lauzes, la chapelle des Capucins, mais aussi la collégiale de Notre Dame-St Pantaléon et son retable baroque.

Etape 6 : Autbazine

Mon road-trip touche doucement à sa fin avec Aubazine, un village pittoresque niché au milieu des collines. Le soleil décline, amenant dans sa fugue la quiétude des soirs d’été. Face à moi, l’abbaye cistercienne du XIIe siècle.

Imposante. Majestueuse. Pour sûr, elle a vu mille histoires défiler au fil des années.

Mais, pour l’heure, celle qui m’intéresse est celle de Gabrielle Chanel, aka « Coco Chanel”. C’est ici, à l’orphelinat du monastère, qu’elle passe toute son adolescence. On murmure qu’elle y a trouvé sa légendaire inspiration. Et, à bien regarder, je décèle l’iconique logo aux deux C entrelacés parmi les vitraux colorés…

Se poser un instant, laisser l’imagination éclore et les idées infuser… Parfait pour une méditation créatrice, à la Coco Chanel !

Sur le même sujet

fr
Nos suggestions