© Beynac Et Cazenac 1920x960 | Sarlat Tourisme
Beynac-et-Cazenac

au pied, de mon beau château !

Beynac-et-Cazenac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Dordogne (Périgord Noir), en région Nouvelle-Aquitaine. Cette cité médiévale, dominée par un incroyable château fort, souvent immortalisé au cinéma, fait partie des « Plus Beaux Villages de France« .

Beynac Et CazenacBeynac Et Cazenac
©Beynac Et Cazenac

Dans leur village médiéval classé parmi les « Plus Beaux Villages de France », les Beynacois-et-Cazenacois savent ce qu’ils doivent à la spectaculaire forteresse qui les domine depuis bientôt 1000 ans, solidement ancrée 150 mètres au-dessus d’eux !

Mais s’il est vrai que dans le Périgord Noir, on ne jure que par le château de Beynac, son petit bourg entend aussi rappeler qu’il n’est pas qu’un simple figurant, face à cette véritable star ! Et pimpant comme il est, avec la rivière Dordogne pour miroir, on ne doute pas une seconde qu’il sache parfaitement jouer les vedettes !

Beynac-et-Cazenac à portée de gabare...

Sur le ponton, vous n’êtes pas très nombreux. En ce début de matinée, le port des gabariers de Beynac-et-Cazenac est encore calme. La foule des touristes arrivera plus tard. Autour de vous, juste quelques compagnons d’heureuse fortune savourent ce délicieux moment qui va vous mener sur les chemins de la batellerie en Périgord, puis à la rencontre d’autres figures emblématiques de la Vallée de la Dordogne, comme les châteaux de Castelnaud, Fayrac, ou encore Marqueyssac

Les amarres à peine larguées, l’élégante gabare s’élance sans bruit. C’est la première sortie de la journée pour cette fidèle réplique des fameux bateaux à fond plat qui, jusqu’au XIXème siècle, circulaient sur la Dordogne, faisant notamment de Beynac un port de commerce très prospère.

Bientôt, la rustique embarcation sera rejointe par une flotte ininterrompue de canoës. Mais pour l’heure, elle profite du bonheur d’avoir la rivière pour elle seule.

Sur la berge d’en face, quelques rats musqués batifolent. Ou peut-être des loutres ? Il parait qu’elles recolonisent la Vallée de la Dordogne ! Plus loin, un héron et un martin-pêcheur, aussi vif que son plumage, guettent le passage des poissons. Patience, un banc frétillant d’ablettes argentées est en approche ! Impossible de le louper dans cette eau claire. Étonnant ? Pas vraiment, puisque vous êtes sur l’une des rivières les plus propres d’Europe, classée réserve de biosphère par l’UNESCO. Plutôt de bon augure pour vos futures baignades !

Tandis que vous vous délectez de cette balade nature, à quelques encablures, le village de Beynac-et-Cazenac, blotti à l’aplomb de son impressionnante falaise, observe la scène avec infiniment de bienveillance, dans la lumière caressante du matin…

Un village authentique, sans faute de goût !

Votre guide commence alors les présentations de ce bourg médiéval, né avec son château au XIIème siècle.

Il souligne son caractère typique, la couleur jaune doré de sa pierre calcaire, les toits pentus, seuls à pouvoir porter la lourde lauze, l’harmonie des volumes, et l’absence de tout élément de modernité dissonant. Il pointe des curiosités, comme cet énorme pigeonnier-falaise, construit au-dessus des remparts. Il vous donne aussi de nombreuses pistes pour votre prochaine exploration du lacis de ruelles escarpées que vous ne pouvez pas encore soupçonner. Son discours est enlevé, débordant d’anecdotes inattendues. Promis, vous irez sur les traces d’O’Galop, pour débusquer le Bibendum Michelin sculpté en chevalier !

Décidément, vous ne regrettez pas cette approche par la rivière, où l’on voit tout, en mieux !

Avec un peu de regret, vous regagnez la rive. Mais désormais, vous détenez les précieuses clefs qui vont vous ouvrir grand les portes de Beynac-et-Cazenac… Il n’y a plus qu’à affuter vos mollets ! Car si le village n’a pas eu l’audace de se hisser aussi haut que sa forteresse, il s’est tout de même essayé à quelques acrobaties, et du coup, ça grimpe !

De point de vue en point de vue...

Pour commencer, rendez-vous rue de la Balme, perpendiculaire à la route des Gabariers (plus poétique que D703 !). C’est l’artère principale et commerçante de Beynac-et-Cazenac, celle qui relie le château en voiture, et qui accueille aussi l’office du tourisme. Arrêt obligé pour récupérer le plan de la ville, le guide des randonnées, et peut-être vous inscrire à l’une des visites guidées qui sont proposées en saison.

Si vous choisissez de flâner librement dans les barris (quartiers) de Beynac, ne manquez pas de suivre la rue de la Laïcité, juste à l’angle de l’office. Son escalier vous invite déjà à prendre un peu de hauteur. Faites-lui confiance, il n’a que de louables intentions, puisqu’il vous mène jusqu’au chemin de Peire Lene, d’où vous allez pouvoir vous régaler de magnifiques points de vue sur la Vallée Dordogne, le cœur médiéval du village, son front de rivière aux nobles demeures du XIXème siècle, l’église Notre-Dame de l’Assomption, et l’immanquable monument qui trône au-dessus de ce petit monde. Remarquez au passage comme les maisons sont belles et accueillantes, noyées sous les rosiers grimpants, la glycine et les flamboyantes bignones. Véritables havres de sérénité, nombre d’entre elles sont des gîtes ou des maisons d’hôtes. Alors n’hésitez pas à relever quelques chouettes adresses !

Vous retrouvez la rue principale de la Balme. Traversez-la, et enfoncez-vous dans la rue Tibal lo Garel. Vous entrez dans la zone piétonne, où montées et escaliers abrupts vont allègrement se succéder, un peu dans tous les sens ! Rien à voir avec les bastides aux rues si bien ordonnées !

En gravissant la pente, vous sentez peu à peu le poids des âges ! Les ruelles aux pavés usés sont bordées de vénérables maisons en pierre. Au Moyen âge, protégées par leur forteresse un tantinet équilibriste, elles se sont accrochées à la falaise, et serrées à l’intérieur de l’enceinte. Il reste encore des traces de remparts, et une porte fortifiée, la Porte Veuve, que vous trouverez en remontant vers le château qui, à mesure de votre progression, flirte sans cesse avec votre regard ! Mais oui, vous irez le saluer !

Arrivé au sommet, l’espace s’ouvre sur un royaume d’aubergistes, taverniers et autres artisans tenant échoppe. Plutôt tentant, mais il vous reste un dernier effort à accomplir. Direction le calvaire, après le cimetière. Votre récompense est au bout : encore un point de vue époustouflant sur la Vallée de la Dordogne et le village en dessous…

À pied, sur l’eau… Et pourquoi pas depuis les airs ? Il existe bien des façons d’appréhender Beynac-et-Cazenac, et s’il en est une romantique à souhait, c’est bien vu du ciel, au gré d’un vol magique en montgolfière… C’est un peu gonflé, mais finalement pas tant que cela au pays de Bibendum ! Alors, prêt pour un voyage planant et envoûtant ?

A voir, à faire...

à Beynac-Cazenac

A voir, à faire à Beynac-Cazenac

  • Déambuler dans les ruelles
  • Faire une balade en gabare
  • Pique-niquer au bord de l’eau

A voir, à faire à moins de 10 minutes de Beynac-Cazenac

A faire quand il pleut à Beynac-Cazenac

  • Découvrir le Château de Beynac
  • Faire le marché du lundi matin en période estivale
  • Boire un verre à la taverne

A faire en famille à Beynac-Cazenac

Pique-niquer et Se baigner
Points de vue, panoramas
Parking
fr
Nos suggestions