© Belvédère De Gratte Bruyère Les Dronersl

Le grand spectacle

des gorges de la Haute-Dordogne

Les gorges de la Haute-Dordogne sont situées en France, dans le département de la Corrèze, en région Nouvelle-Aquitaine. Elles sont parcourues par la rivière Dordogne qui, à cet endroit, révèle un environnement naturel de tout premier ordre, bien qu’elle soit ponctuée d’une succession de monumentaux barrages hydroélectriques, dont celui de Bort-les-Orgues. Un peu à l’écart des routes touristiques, ces gorges singulières sont un véritable paradis pour les randonneurs, les amoureux de grands espaces, et les gourmands de calme.

Fleuve amazone

Des paysages sauvages et préservés, de hauts-plateaux entaillés par une vallée très encaissée, des forêts à perte de vue, cascadant jusqu’à une rivière aux faux airs de fleuve Amazone, une succession de panoramas tous plus enivrants les uns que les autres, et cette grisante sensation d’être seul, au bout du monde… Soudain, coup de théâtre ! Dans ce flot de sérénité, d’impressionnants géants survoltés entrent en scène ! Une fausse note au milieu de cette belle harmonie naturelle ? Non, juste les gorges de la Haute-Dordogne dans toute leur magnificence et leur authenticité.

Lieu à part

En Haute-Corrèze, entre Bort-les-Orgues et Argentat-sur-Dordogne, s’étirant même jusqu’à la délicate cité de Beaulieu-sur-Dordogne, cette immense coulée verte est un lieu à part, peu connu, et donc forcément très attachant, d’autant que les hommes et la nature y nourrissent des liens très forts. C’est là que nous vous emmenons, pour un voyage tout en simplicité, aussi enthousiasmant que dépaysant. Et préparez-vous, car en plus de vous faire rêver et sourire de plaisir, nous allons aussi vous donner envie de randonner, courir, pêcher, canoter, gabarer… Bref, vous allez vous sentir revigoré !

Une échappée verte providentielle

Vous êtes-vous déjà demandé jusqu’où vous iriez pour être heureux ? Au bout du monde dites-vous ? Et si nous vous prenions au mot, tout de suite, mais en vous assurant que vous n’aurez pas à traverser la terre entière pour réaliser votre souhait ? Seriez-vous prêt à nous suivre, jusqu’en Haute-Corrèze par exemple, plus exactement au cœur des saisissantes gorges de la vallée de la Dordogne ?

Vous voyez, notre petit paradis n’a rien de lointain ni d’inaccessible, et pourtant, il n’a pas son pareil pour vous donner l’impression d’être délicieusement ailleurs, et de vous sentir privilégié. Sur près de 80 km, ces gorges de la Haute-Dordogne assurent le spectacle en continu. Et puisqu’au milieu coule la Dordogne, la seule rivière de France à être reconnue comme réserve mondiale de biosphère par l’Unesco, cela ne peut que rassurer sur la richesse et l’intérêt écologique du lieu.

Randonnee Chemin Noyeraie Gintrac©malikaturin 00019

Alors, c’est vrai, notre jolie pépite cultive la discrétion et se mérite un peu car, sans être une vraie montagnarde, elle raffole des dénivelés et n’hésite pas à jongler avec les tracés un tantinet rugueux. Mais aurait-elle la même saveur sans cette farouche marque de caractère ? Et puis, si le bonheur n’est effectivement qu’à portée de confortables baskets – et ça, on vous le promet ! –, nul doute que cela vaut bien quelques maigres efforts ! Pour vous en convaincre, nous allons, par la magie des mots, tenter de vous transporter précisément là où chaque visiteur devient définitivement accro à cet enchanteur petit bout de Corrèze !

Allez, respirez profondément… fermez les yeux… vous pouvez les rouvrir, et même les écarquiller !

 

Précieux moment de respiration

en Vallée de la Dordogne

Sentez ce frisson de bien-être qui vous parcourt… Assis sur votre rocher, vous jubilez devant le paysage grandiose qui s’offre à votre regard. Face à vous, la nature s’exprime en mode GRAND format. Des kyrielles de collines pentues et verdoyantes plongent avec grâce dans les eaux bleu sombre et miroitantes de la Dordogne qui, tout en bas, accueille avec bienveillance la rivière Sumène, venue du Cantal voisin. Aucune habitation à l’horizon. Aucune nuisance visuelle ou sonore. Dans un autre contexte, vous vous seriez sûrement amusé à jouer avec votre écho. Mais ici, cela vous semble tellement incongru ! Le silence vous enveloppe, vous apaise, vous libère l’esprit. Tout est parfait, la lumière, votre sourire. Carpe diem…

66 Point De Vue Dordogne Roc Castel©malikaturin 298

Au loin, quelques Milans royaux se lancent dans un élégant ballet aérien. À moins qu’il ne s’agisse d’une bande d’Aigles bottés ou de Circaètes Jean-le-Bon – une bonne paire de jumelles et un petit guide ornithologique sauront mettre tout le monde d’accord. Seule certitude, il est encore trop tôt pour le Hibou Grand-duc, qui ne quittera le dense couvert forestier que le soir venu, tandis que le cerf entamera son brame guttural. Eh oui, figurez-vous que dans ces gorges de la Haute-Dordogne, c’est la nuit qui est bruyante et très vivante ! Mais pour l’heure, tout est paisible. Vous êtes bien. Alors vous vous laissez doucement aller à la contemplation, et peut-être même à la méditation…

Le belvédère de Gratte-Bruyère… C’est le nom de cette merveille de quiétude, préservée des grandes foules. Situé sur la commune de Sérandon, en aval de Bort-les-Orgues, il se murmure que ce serait l’un des plus beaux points de vue du Sud-Ouest. Ce qui est sûr, c’est qu’il est l’une des innombrables sentinelles veillant sur les gorges. Alors, maintenant qu’il vous a fait l’honneur des présentations, que diriez-vous de prolonger l’immersion, en remontant d’abord le temps ? En effet, pour comprendre ces remarquables paysages, il va nous falloir vous conter l’histoire étonnante de cette portion de vallée, qui vous réserve encore quelques méga surprises !

L'œuvre incroyable des barrages

Sous leurs faux airs de terra incognita, les gorges de la Haute-Dordogne ont toujours eu leur destin lié à celui des hommes. Cela peut s’avérer difficile à croire, mais il y a encore un siècle, elles avaient un tout autre visage, bien moins « sauvage ». On y pratiquait alors l’agriculture, le pastoralisme, la pêche, et le commerce fluvial. Les forêts étaient rares, contrairement aux landes à bruyères qui tapissaient plus volontiers les pentes, et servaient de pâtures aux moutons. Côté rivière, il y régnait aussi une joyeuse frénésie. Et même si le cours de la Dordogne ne s’y montrait pas franchement docile, les pêcheurs et les fameux gabariers en avaient fait leur royaume. Jusqu’au jour où tout s’arrêta…

La fin de la batellerie, la déprise agricole et l’exode rural eurent raison de cette effervescence. Mais le grand bouleversement restait encore à venir…

Le courant passe

À la fin des années 1920, la France a besoin d’électricité. De son côté, la Dordogne, née dans le Massif central, est réputée pour la force de ses eaux, et regorge d’énergie. Entre les deux, le courant passe ! Dans les années 1930, la construction du barrage de Marèges inaugure une série de chantiers titanesques. Le barrage de L’Aigle suivra, puis ceux de Bort-les-Orgues, de Chastang, et d’Argentat. Des dizaines d’autres ouvrages plus modestes viendront compléter le dispositif sur la flopée d’affluents, donnant naissance, dès les années 1950, à la plus grande vallée hydroélectrique de France !

Dès lors, les gorges de la Haute-Dordogne vont radicalement changer de physionomie, mais pas forcément comme on aurait pu s’y attendre après un projet d’industrialisation aussi hors norme. La rivière tourmentée s’est finalement muée en un long fleuve tranquille, et la végétation a repris ses droits, allant jusqu’à constituer le plus vaste corridor boisé et écologique de France, s’étendant sur plus de 150 km ! Les barrages en sont presque venus à se fondre dans les paysages, devenant des éléments de patrimoine à part entière. Quant aux hommes, si beaucoup ont à jamais pris la poudre d’escampette, fort heureusement, certains n’ont pu se résoudre à quitter ce territoire singulier. Et aujourd’hui, ces fidèles sont encore nombreux à redoubler d’efforts et de générosité, pour vous ouvrir grand leur havre de paix, en partager ses touchants secrets, sans oublier d’assouvir vos fringales de nature, et de bougeotte !

Terre de balades, de loisirs, et de plaisir

Parmi ces inconditionnels des gorges de la Haute-Dordogne, quelques-uns ont vaillamment entrepris de redécouvrir les chemins ruraux qui, autrefois, de Confolent-Port-Dieu à Argentat, faisaient le lien entre les hauts-plateaux, les pentes et la rivière. Patiemment, les bénévoles de l’association « La Dordogne de villages en barrages » ont ainsi ressuscité 200 km de sentiers, tous situés sur la rive droite, côté Corrèze. Désormais balisés, ces petits morceaux d’histoire sont réunis en un parcours de randonnée joliment baptisé Itinérêve qui, pour sûr, n’a pas volé son nom !

Outre les barrages qu’il aborde tout en majesté, le circuit prend aussi immensément de plaisir à égrener les spectaculaires belvédères naturels : Saint-Nazaire le magnifique, à la confluence de la Diège et de la Dordogne, Gregeolles, Val Beneyte, Roc Grand, le magique Gratte-Bruyère, le planant Roc du Busatier, ou encore le Roc Castel. Effet « waouuuuh » garanti ! Et comme il est obstinément dans la séduction, ce chemin de randonnée itinérant n’oublie jamais les plaisantes rencontres, à l’image des cascades du Saut de Juillac et du Saut Sali, de l’acrobatique jardin de Bardot, des magistrales formations géologiques des Orgues, ou encore des émouvants vestiges rescapés des eaux, dont le château de Val demeure l’un des plus beaux emblèmes !

A votre rythme ou pas...

L’Itinérêve se vit en famille, entre copains, à deux ou en solo. On le suit à son rythme, selon la bonne volonté de ses mollets ! D’ailleurs, si vous êtes de ceux qui salivent devant la moindre dénivellation fantasque, et se régalent de courses extrêmes, alors go ! Vos infatigables et aventureuses gambettes vont follement adorer ! Et ce n’est pas un hasard si le très prisé X-Trail Corrèze Dordogne passe par là. Mais l’heureuse nouvelle, c’est qu’une à deux petites heures de marche facile, voire moins, peuvent déjà suffire à percevoir le puissant magnétisme des lieux. Sinon, rien ne vous interdit de vivre l’aventure XXL, sur la totalité des 200 km. Avis aux baroudeurs dans l’âme !

Et puis il y a ceux qui ne se voient absolument pas crapahuter ! Alors la rivière saura leur prouver qu’il n’est pas forcément nécessaire de mettre ses muscles au défi pour se sentir comblé. Désormais, les retenues des barrages offrent de fantastiques spots pour la pêche, la baignade et les activités nautiques de détente. Avec ses 21 km de long, son fier château de Val et sa plage des Aubazines, le lac artificiel de Bort-les-Orgues en est le plus bel exemple. En aval, au cœur des gorges profondes, de tranquilles balades en kayak ou canoë vous promettent de ressentir, respirer et écouter la nature, tout simplement. En poussant encore un peu plus loin, vers Spontour, Argentat-sur-Dordogne, et Beaulieu-sur-Dordogne, là, ce sont les gabares d’antan qui vous embarquent confortablement dans des promenades épopées, parfois chantées, mais toujours peuplées de courageux gabariers, de mystérieux Coulobre, et même de troublantes cités englouties !

Mais tout bien réfléchi, il est vain de tenter de raconter les gorges de la Haute-Dordogne. Il faut les vivre ! Surtout si vous avez un impérieux besoin de recharger les batteries et de prendre un grand bol d’ondes positives !

fr
Nos suggestions