Martel et son palais, sa halle gourmande et ses ruelles chargées d'histoire.

Martel, bâtie sur le causse qui porte son nom, est une des rares villes qui ne doive pas son existence à un castrum ou une fondation religieuse. Elle est née d’une convergence de routes, un axe antique Nord-Sud croisant un axe Ouest-Est où transitaient le précieux sel de l’Atlantique et le vin d’Aquitaine.

Cette situation privilégiée fait de Martel une riche cité marchande dès le début du XIIème siècle. A la même époque, elle devient une étape importante sur la route du pèlerinage vers Rocamadour. Son blason orné de trois marteaux indique qu’elle était également peuplée de nombreux artisans.

Martel - carte de situation

Martel, appelée « La Ville aux 7 Tours », a connu une seconde période de gloire au XIXème siècle grâce au commerce de la truffe. On peut d’ailleurs encore monter à bord du « Truffadou », un train vapeur qui acheminait les truffes à flanc de falaise.

Aujourd’hui Martel demeure une cité dynamique, où commerces et animations viennent compléter un patrimoine remarquable.

Ville d’art et d’histoire, la beauté de Martel n’a d’égal que sa gastronomie, où les produits du terroir épousent un savoir-faire traditionnel et de qualité.

A faire avant de repartir

  1. Le palais de la Raymondie
  2. La halle
  3. La maison Fabri
  4. Le marché sous la halle les mercredis et samedis matin
  5. L’église Saint-Maur
  6. Les ruelles médiévales
  7. La tour Tournemire (ou Tour carrée, ancienne prison et tour de guet)
  8. La tour des Cordeliers
  9. Le Truffadou, train touristique
  10. Les bals sous la halle tous les mercredis soirs en juillet et août
  11. La fête des Tondailles - en juillet.
  12. Reptiland (La plus grande collection de reptiles en France)
  13. Le village de Creysse et son église avec ses absides jumelées uniques en France 

Le saviez-vous ?

Henri Court Mantel, dit le jeune roi, fils du roi d’Angleterre et frère de Richard Cœur de Lion, était destiné à régner. Mais déshérité par son père, sans ressources et traqué, il est contraint de dépouiller les abbayes de France de leurs trésors. En 1183, il pille Rocamadour et ainsi s’attire, dit-on, la colère divine.

Selon la légende, la cloche miraculeuse se met alors à sonner et Henri tombe gravement malade. Il se réfugie à Martel, là où se dresse maintenant la maison Fabri... Etreint par le remords, il confesse ses crimes et implore le pardon de son père. Mais quand le messager du souverain arrive, il est déjà trop tard…